AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le Hasard est un fumier. [Daehyun&Aki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Shin Aki
AEGIS ▼ NIVEAU III
avatar
Age : 22 ans.
Pouvoir : Manipulation du vide.
Pseudo : Andy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Le Hasard est un fumier. [Daehyun&Aki] Mar 23 Avr - 22:06

Citation :

Le Hasard est un fumier.




SHIN Aki & IM Daehyun.

4 mai, fin de soirée



Revenir en haut Aller en bas
Shin Aki
AEGIS ▼ NIVEAU III
avatar
Age : 22 ans.
Pouvoir : Manipulation du vide.
Pseudo : Andy
Messages : 196
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: Le Hasard est un fumier. [Daehyun&Aki] Mar 23 Avr - 22:07

Il y a des journées qui ne se passent jamais comme prévues. Ces journées que l’on a plutôt bien planifiées et qui finissent par prendre un chemin totalement différent. À l’opposé de ce que l’on avait prévu. À l’antipode du point que l’on voulait atteindre. Et aujourd’hui fait partit d’une de ces foutues journées. Ce n’était pourtant pas bien compliqué que de réaliser une nouvelle mission en tant que chien du gouvernement après la raclée que je m’étais prise avec Miran. Mais c’était justement ça le problème, sans cette raclée, j’aurai peut-être été plus efficace. Là, ce n’est pas que j’étais inutile mais plutôt… Je ralentissais. Notre mission ? À moi et ces Lachesis qui m’accompagnaient ou plutôt me surveillaient ? Faire ce que je savais mieux faire : faire disparaître. Réduire à l’ordre de néant un homme et une information. Et j’étais toujours l’outil le plus utile dans ce genre de tâche. Mon pouvoir, le vide, était le plus adapté. Il ne laissait aucune trace. Comme si la personne avait tout simplement disparu. Et mes supérieurs adoraient se le répéter mais : pas de corps, pas de meurtre. Et avec moi, il n’y avait jamais de corps. Pourtant, il y avait toujours des meurtres. Mes mains étaient sûrement si rouge du sang de mes victimes que la peau n’était plus visible depuis longtemps. Mais je continuais à vivre et à respirer pour mon désir égoïste. Ma mort n’épargnerait pas mes futures victimes : d’autres Aegis seront envoyés à ma place. Alors je continue d’être égoïste. Avant, quand mon père n’était pas encore mort, tout cela ce résumait à une course à la fierté. Que mon père soit fier de moi. Mais tout a changé lorsque mon frère jumeau est réapparu. Lorsqu’il a tué l’homme qui m’avait élevé, l’homme qui l’avait abandonné et l’homme qui me permettait de vivre dans une cage toute faite d’or. Mon frère a retiré le voile qui recouvrait ma cage d’or et qui m’empêchait de voir le monde à travers mes barreaux. Il m’a ouvert les yeux sur mes actes et ce qu’ils engendraient. Il m’a ouvert les yeux sur ma propre existence. Et encore aujourd’hui, j’ignore ce qui l’a décidé à ne pas me tuer. Pas tout le monde me connaissait mais qui se renseignait suffisamment aurait eu vent du fils Shin. Celui qui fait disparaître et qui est aussi obéissant qu’un chien envers son maitre. M’avait-il épargné parce que j’étais son frère ? Par pitié ? Ou pour une raison que j’ignore ? Et cette question me hantait tous les jours de ma misérable vie.

Souvent, je me mettais à sa recherche. J’avais entassé dans mon appartement un grand nombre de fichiers qui répertoriaient tout ce que je savais sur lui, tout ce qui pouvait être lui et toutes les rumeurs qui pouvaient lui être attribuées. Je tentais d’écouter des conversations pour avoir la chance d’entendre son identité être citée. Tout ce que je pouvais récolter pour le retrouver était bon à prendre. Avec le temps, Taejun m’avait même appris qu’il connaissait mon frère mais qu’il ne pouvait pas me dire où il était. La joie passée, la frustration m’avait envahi. Tout reposait sur mon frère. S’il n’avait pas envie de me voir, si la demande de Taejun n’aboutissait pas, j’étais bon à errer encore dans les rues à la recherche d’informations. Car, je me fichais bien qu’il refuse ou non, j’étais décidé à le rencontrer et j’avais décidé à forcer le destin depuis longtemps. Sauf que je n’avais pas prévu que le destin m’offre une chance aujourd’hui. Il avait fallu que dans ma mission, mes supérieurs n’aient pas prévu que l’homme à abattre était plus que bien accompagné. Et que moi en tant que seul Aegis n’était pas la meilleure des idées. Mais on ne réfute pas les ordres n’est-ce pas ? Par conséquent, on a été envoyé dans un véritable piège mortel. Un vieux bâtiment désaffecté et abandonné. On nous avait annoncé cinq Katharsis au plus. Et je dis bien au plus. On s’en ait vu affronter le double. Les armes à feu ont été assez vite utilisé et les munitions trop vite épuisées. Et quand bien même j’étais occupé à créer un vide pour protéger les Lachesis qui m’accompagnaient, je n’avais pas la possibilité ni la force de le maintenir longtemps. C’était comme le siège d’une ville. Ils ont été assez malins pour attendre que je m’épuise et que les autres abrutis finissent leurs munitions. Ils n’avaient plus qu’à attaquer et à nous achever avec une facilité déconcertante. Enfin, plutôt pour les Lachesis. Moi, je fus un peu plus résistant. Uniquement grâce à mon pouvoir je l’avoue. Me protégeant des balles qui disparaissaient dans mon vide. Mais là aussi, à la fin, ils étaient autour de moi, m’empêchant de fuir en rigolant. Il suffisait d’attendre. Je ne durerai pas toute la nuit. Ou il fallait me distraire.

Finalement, mon bouclier me protégeant des balles tomba, ne laissant que ma pellicule qui me protégeait des gaz et des liquides resta. J’en ai affronté un ou deux sans qu’ils utilisent leur pouvoir. Et je crois qu’ils ont fait ça pour se divertir. Pour s’amuser sans doute. Au bout du troisième, mes genoux sont tombés à terre en signe de soumission. Je peux être fier mais je sais abandonner quand cela ne mènera à rien. Et ici, c’était le cas. Je m’étais pris quelques coups plutôt bien placés et douloureux. J’aurai pensé que c’était la mort qui allait m’accueillir mais l’un d’eux signala l’insigne sur ma poitrine. Ah… Oui, j’oubliais, je n’étais pas un simple Aegis de l’armée. J’étais un pion utile et un peu bien placé dans la hiérarchie que l’on accorde aux mutants. J’étais donc peut-être utile. Un coup se planta sur mon crâne et mon visage s’écrasa contre le sol. Rapidement et efficacement, j’avais perdu conscience.

Lorsque mes paupières s’ouvrirent à nouveau, je sentais qu’on me tirait sur mes jambes pour me remettre à genoux. Mais je ne voyais rien. Un sac en tissu sur la tête m’empêchait de voir. Mes poignets étaient liés derrière mon dos assez solidement. Avaient-il oublié mon pouvoir ? Ces cordes disparaitront avec une facilité déconcertante. Les types de mutants comme moi, il faut les droguer pour les garder calme. Sauf… Sauf s’ils possèdent un mutant qui peut annuler mon pouvoir ou un mutant qui me mettra dans un état second. Sinon, cela n’expliquerait pas la baisse soudaine de leur intelligence dans la manière de me maintenir à présent. J’entends les hommes parler et je suppose qu’ils sont deux. Celui qui me tient et un autre en face de moi. Mais ma tête est encore trop embrumée pour distinguer et comprendre ce qu’ils se disent. En revanche, je sens l’autre me tirer en arrière pour tenir un peu plus droit et tirer sur le sac qui m’aveugle. La lumière, bien que tamisée, agresse mes pupilles et me force à fermer les yeux. Il me faut un long moment avant que je puisse observer l’environnement autour de moi et à terme, l’homme en face de moi. Je crois que le sang s’est arrêté de circuler un instant. Le temps que mes yeux rencontre les siens. La seconde suivante, mon vide avait déjà aspiré mes liens et mon corps s’était levé pour mieux l’observer. Ce visage que je n’avais revu qu’une seule fois depuis notre séparation forcée par notre père. Alors que j’allais avancer vers mon frère, je sens la main, de l’homme qui me tenait jusqu’à présent, s’enrouler autour de ma nuque et m’empêcher d’avancer. Il me force à nouveau sur mes genoux et semble attendre. Attend-t-il que les gaz de mon frère m’atteignent ? Je ne les crains pas. Du moins, je ne suis pas encore assez faible pour que mon pouvoir ne fasse plus effet et ses gaz m’atteignent. Cependant, je ne quitte pas un seul moment les yeux de mon frère. Comme si j’avais peur qu’en détournant le regard, il disparaisse. C’est drôle, je l’avais cherché durant des années et je ne l’ai jamais trouvé. Il a fallu que ce soit le hasard qui nous réunisse.
Revenir en haut Aller en bas

Le Hasard est un fumier. [Daehyun&Aki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Macro: Dire une bêtise, oui ! Mais au hasard
» Au hasard du net O.Mevel sur Direct 8
» [achat] homme lézard (comme par hasard^^)
» Laissez le hasard faire les choses
» [Achevé] Le fruit du Hasard.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• ㄨ KATHARSIS ㄨ • :: KATHARSIS ✗ :: AROUND THE CITY ✗ :: 
LE CAMP OMEGA
 :: E4 - Cellules
-