AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

I caught ya, 'gonna play

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Heo Naoya
LACHESIS ♦ ARMEE
avatar
Age : 31 ans
Pouvoir : //
Pseudo : Shina
Messages : 65
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: I caught ya, 'gonna play Dim 20 Jan - 15:53

Citation :

I caught ya, 'gonna play




AHN Sei Wong & HEO Naoya.

18 Janvier 2049, début de soirée, temps nuageux.



Revenir en haut Aller en bas
Heo Naoya
LACHESIS ♦ ARMEE
avatar
Age : 31 ans
Pouvoir : //
Pseudo : Shina
Messages : 65
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: I caught ya, 'gonna play Dim 20 Jan - 15:53

D'un petit coup d'épaule, il rehaussa son fusil sur l'épaule. Les oreilles à l'affut du moindre bruit, il balaya l'endroit du regard sans ne rien apercevoir. Un instant il cessa de bouger, en oubliait-il même presque de respirer, et il patienta, calme, silencieux. Il attendait un son, n'importe lequel, qui lui signalerait que sa victime ne se trouvait que très proche de lui. Où ce mutant avait-il bien pu cavaler ? Il lui avait paru courir tellement vite... Était-ce donc là son pouvoir ? Mais pouvoir ou pas, Naoya possédait bien l'idée de l'exterminer, il ne ferait pas de détour pour l'abattre ; bam, d'une balle dans la tête il tomberait au sol, raide mort, et le militaire s'en retournerait, satisfait. Un de moins, comme il pensait à chaque fois qu'il renvoyait l'une de ces choses en Enfer, seul endroit selon lui où ces êtres méritaient de se retrouver.

Mais il n'y avait rien ici. Naoya s'était séparé de son coéquipier, Sei Wong, mais il n'avait pas pris la bonne direction ; il espérait que le jeune eut davantage de chance pour dénicher cette abomination qui se baladait dans la nature. Le Japonais se demandait toutefois ce que ce mutant était venu faire dans la zone militaire... A moins qu'il ne se fût échapper de l'un des laboratoires des scientifiques... ? Naoya était au courant des expériences qu'étaient faites sur ces créatures trop étranges pour être considérées comme de véritables êtres humains et il ne se prononçait pas sur ce qu'ils songeait de tout cela. Il n'était pas contre, mais en y ayant de nombreuses fois réfléchi, il n'était pas réellement pour non plus. Être Naoya, c'était avoir un esprit compliqué, partagé entre deux idées bien distinctes : tuer ou pas.

Alors il reprit sa marche, demeurant tout de même sur ses gardes en cas d'attaque ou si la proie qu'il recherchait avec autant d'ardeur venait à se débusquer. Il l'aurait, il voulait absolument l'avoir et lui faire amèrement regretter tout ce petit jeu idiot de cache-attrape. Il n'était pas d'humeur à rire, et surtout pas lorsqu'il s'agissait de son boulot, de sa haine envers ces mutants. Il les attraperait tous jusqu'au dernier et il les tuerait avec autant de pitié qu'avaient eu ces deux hommes à ôter la vie de sa femme et de son fils. Il ne leur pardonnerait jamais, à eux comme à tous ceux de cette race, et c'était désormais sa raison de vivre, sa vengeance.

Une fois revenu sur ses pas, le Japonais emprunta alors la route qu'avait auparavant pris son coéquipier pour cette mission. Grâce à de grandes enjambées rythmées par cette adrénaline qui ne faisait que croître de plus en plus, il parvint rapidement où se trouvait Sei Wong... Mais il ne se dévoila pas tout de suite, curieux quant aux agissements de ce soldat. Oh, pour sûr qu'il se tenait en bonne compagnie ! Le mutant tant convoité par Naoya était à ses côtés, cependant Sei Wong ne semblait pas attiré par cette idée de tuer... Était-il en train de lui parler ? Son arme ne lui servait pas, il bougeait ses mains comme pour montrer dans quelle direction s'enfuir. Naoya n'en croyait pas ses yeux, et il n'en aurait jamais cru ses oreilles s'il avait pu être plus proche sans être à découvert. Mais que faisait bien le Coréen ?! Cette créature était là, juste là, à quelques deux mètres à peine et lui il lui donnait la solution pour s'échapper, pour ne pas se faire attraper, pour ne pas se faire attraper de nouveau.

« Tue-le... » murmura faiblement Naoya.

Il n'attendait que ça, de voir son horrible corps maléfique s'écraser à terre pour ne jamais s'en relever. Sei Wong n'avait jusqu'à tendre la main pour s'emparer de cette chose et lui régler son compte une bonne fois pour toute... mais la voilà qui s'en allait, souriant presque. Donnait-il un remerciement à cet incapable de soldat ?! La haine du Japonais n'avait fait qu'atteindre son comble durant ces longues minutes passées à observer cette ridicule scène devant lui. Alors c'était ça que faisait Sei Wong ? Il laissait la vie sauve à quelqu'un qui ne méritait que les pires souffrances ? Naoya en était abasourdi, mais il sortit aussitôt de sa cachette, passant devant le Coréen pour courir vers où venait de se diriger cette créature, son fusil chargé et bien pointé devant lui.

Il se faisait le plus discret possible pour ne pas alerter sa cible de sa présence. Il tenait, braqué, son arme et la tête de sa proie était bien en vue. S'approcher encore un peu, sentir ce plaisir monter en lui, cette excitation qui lui faisait vibrer l'âme et tirer alors que la sortie de ces locaux se profilaient à l'horizon. Le travail venait d'être accompli et un large sourire s'étendit sur les lèvres du tireur. A chaque cadavre au sol, il avait l'impression que son cœur se déchargeait d'un poids. Il repoussa ses cheveux d'un geste de la main, remis son arme sur son épaule et retourna, d'un pas bien décidé à avoir des explications auprès du Coréen qui, étrangement, n'avait pas cillé depuis le passage en flèche de Naoya devant lui.

« Pourquoi tu n'as pas tiré ? lui demanda-t-il sèchement. Bordel Sei Wong, il était juste là ! »

Ce soldat était louche, bien trop louche, et ce n'était pas la première fois que le tatoué s'en rendait compte. Nombreuses furent les fois où il l'avait suivi dans ses aventures, le filant sans se faire remarquer... mais il s'était toujours voilé la face en ne souhaitant pas songer que Sei Wong était davantage pour la liberté des mutants et contre leur extermination, plutôt que l'inverse. Sauf que dans ce cas, une nouvelle question apparaissait : pour quelle raison s'était-il engagé dans l'armée ? Quoi qu'il en fût toutefois, Naoya ne comptait pas en rester là, énervé et vraiment en colère d'avoir du appuyer sur la gâchette à la place de son camarade.

Un soupir s'échappa d'entre ses lèvres avant qu'il n'eut un geste incontrôlé. Son poing partit de lui-même pour s'abattre sur le visage de son interlocuteur.

« Tu ne crois pas qu'il serait tant que tu balances tout ce que tu fais pour ces créatures ? lâcha-t-il en lui attrapant violemment le col de sa veste. Je ne suis pas con, j'ai très bien vu tes agissements, ajouta-t-il en le repoussant sans aucune douceur. C'est quoi ton problème au juste ? Tu flippes à buter un animal ?! »

Il n'était peut-être finalement pas mieux qu'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Ahn Sei Wong
LACHESIS ♦ ARMEE
avatar
Age : 24 yo
Pouvoir : Invisibilité
Pseudo : Joxtop
Messages : 60
Date d'inscription : 18/01/2013

MessageSujet: Re: I caught ya, 'gonna play Dim 20 Jan - 19:48

Au détour d’une ruelle le jeune soldat s’arrêtait soudainement pour scruter les environs en espérant tomber sur ce mutant qu’ils traquaient lui et son collègue depuis déjà de longues minutes qui s’étaient surement transformées en heures sans qu’il n’y fasse attention. Le souffle court à force de courir comme un dératé, Sei Wong se demandait où avait bien passer cet adolescent qu’ils avaient surpris en train de courir dans la zone militaire alors qu’ils effectuaient un énième tour de garde. Pour une raison qui lui tenait à cœur, il ne voulait pas que Naoya tombe sur ce mutant en premier car il savait très bien le sort qu’il lui réservait…N’ayant aucune envie de le voir mourir, il fallait donc qu’il soit le plus rapide et surtout le plus discret possible, ce qui ne semblait définitivement pas être une de ses qualités, à son plus grand regret.

sei wong – « Montres toi je t’en prie... », glissa-t-il dans une murmure tout en restant à l’affut du moindre bruit en se faisant le plus silencieux possible. Où avait-il bien pu se terrer ? Le coréen n’en savait rien et la nuit qui commençait à tomber ne l’aidait pas à se repérer, sans compter qu’il avait une peur bleue du noir...Sei Wong n’était définitivement pas un soldat d’élite et ça se voyait. D’un pas de loup il traversait alors la ruelle à sa droite avant de poser ses yeux sur une ombre plutôt discrète qui se mit à bouger sur le sol. Il était derrière lui…La respiration coupée, il se tournait brusquement pour l’attraper par le col et le coller contre la paroi froide et légèrement humide du muret derrière lui. Dans son regard, une expression de terreur se lisait aisément et Sei Wong se demandait vraiment ce qu’on pouvait bien vouloir à un enfant à peine plus âgé d’une dizaine d’années qui semblait tout sauf dangereux. Epris d’une soudaine pitié, il lâchait son col avant de vérifier que personne ne les regardait.

sei wong – « Ne crains rien, je ne te ferais aucun mal, fais-moi confiance...Tu vois à peu près où nous nous trouvons ? Continues tout droit et lorsque tu atteindras le croisement tournes à gauche et coures aussi vite que tu le pourras…Il y aura un muret d’un bon mètre de hauteur, sautes par-dessus et fuis le plus vite possible…Tu m’as bien compris ? Allez…vas-t-en… »

Une certaine inquiétude se lisait sur le visage du soldat qui espérait sincèrement que ses explications suffiraient à lui sauver la vie. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres lorsque le fugitif le remercia et se mit à courir avant de disparaître de sa vue. Alors qu’il s’apprêtait à tourner les talons pour se mettre à chercher son coéquipier avec la ferme intention de lui raconter un mensonge, il écarquilla alors les yeux en le voyant passer à côté de lui en courant lui aussi. Figé, Sei Wong se retint de le suivre, sachant pertinemment qu’il n’aurait aucune chance de sauver ce jeune mutant maintenant que ce dernier avait Naoya à ses trousses. Un coup de feu retentit à une centaine de mètres de lui, le poussant à serrer les poings sous la colère et la tristesse qu’il pouvait ressentir à cet instant. Un fort sentiment d’impuissance le prenait depuis quelques secondes sans qu’il ne puisse y remédier et pour cause : il se sentait à présent coupable de ne pas avoir daigné arrêter Naoya…et tout ça pour quoi ? Tout simplement pour ne pas se faire descendre lui aussi.

naoya – « Pourquoi tu n'as pas tiré ? lui demanda-t-il sèchement. Bordel Sei Wong, il était juste là ! »

La tête toujours baissée, il la remonta pour fixer son ainé en silence, tout simplement dégouté par cet homme qui n’était finalement pas mieux que de la vermine à ses yeux. Comment avait-il pu tuer un enfant de sang-froid et cela, sans avoir l’air touché le moins du monde ? Sei Wong ne comprenait pas qu’une personne puisse avoir accumulé tant de haine à l’égard des mutants et ne voulait en aucun cas le savoir…Lorsque le poing du soldat atterrit sur le visage de Sei, ce dernier se contentait de rester silencieux, se concentrant de mieux qu’il pouvait pour contenir sa colère. Comment osait-il le toucher ? Comment osait-il le salir de la sorte ?! La rage se faisait de plus en plus grande pour Sei Wong qui tremblait de colère, se retenant pour ne pas le tuer pour ensuite faire passer ça pour un accident tout à fait malheureux. Sa main s’était instinctivement posée sur son arme qu’il portant à la taille, la serrant avec force jusqu’à s’en faire mal.

naoya – « Tu ne crois pas qu'il serait tant que tu balances tout ce que tu fais pour ces créatures ? Je ne suis pas con, j'ai très bien vu tes agissements. C'est quoi ton problème au juste ? Tu flippes à buter un animal ?! »

Alors qu’il venait de se faire repousser d’une manière plutôt brusque, Sei ne lui répondit pas du tac au tac, préférant prendre le temps de réfléchir à une réponse qui le ferait taire une bonne fois pour toute. Du moins, c’est ce qu’il espérait naïvement. Un silence prit place entre les deux hommes qui se contentaient de se lancer des regards noirs à tour de rôle avant que Sei sorte le flingue de son étui pour l’orienter en direction de son ainé avec une assurance que lui-même avait bien du mal à croire.

sei wong – « La ferme ! Pourquoi tu l’as tué ?! Merde Naoya, ce n’était qu’un gosse ! »

Tout en gardant l’arme pointée sur lui, Sei avançait de quelques centimètres pour aller l’appuyer contre son front, le doigt appuyé sur la détente. Il rêvait de pouvoir lui loger une balle dans le crâne mais il savait pertinemment qu’en faisant ça, il prenait le risque de se faire voir et de se faire tuer à son tour. Sei ne pouvait définitivement pas se permettre de commettre une telle faute car il devait continuer malgré tout à essayer de sauver le plus de mutants possible. Il devait rester en vie pour en sauver d’autres et essayer de mettre le gouvernement à terre pour faire régner une once de justice dans ce pays qui avait autrefois brillé aux yeux de tous. Toujours en colère, il fit un effort pour baisser l’arme et la ranger dans son étui en silence avant de lui coller son poing dans le ventre avec force pour essayer d’évacuer cette rage qui ne cessait de s’accumuler à l’égard du japonais.

sei wong – « Je ne fais rien pour ces gens Naoya, tu es complétement taré, voilà ce qui se passe ! Et ne les traite pas d’animaux espèce de gros con, c’est clair ?! L’animal que j’ai envie de butter ici c’est toi et personne d’autre, alors tu ferais mieux de fermer ta grande gueule et de déguerpir de ma vue si tu ne veux pas finir avec la cervelle qui se répand sur le sol ! »

Alors qu’il gardait son regard posé sur lui, il se sentit soudainement étrange sans en connaître la cause. Que lui arrivait-il encore ? Non…Il ne pouvait pas…Ce n’était tout bonnement pas possible. Afin de vérifier que tout se passait bien, il se dépêchait de retirer un de ses gants pour voir l’état de sa peau qui ne se voyait plus du tout pour son plus grand malheur. Enervé comme il l’était, son corps entier devait être invisible aux yeux du japonais à qui il ne pouvait à présent plus échapper. Sans plus attendre, Sei se mit alors à courir le plus vite possible pour aller se réfugier dans un coin sombre d’une des nombreuses ruelles que comportait le quartier militaire avec une seule idée en tête : se déshabiller pour ne pas se faire repérer. Effrayé à l’idée de le savoir à ses trousses, il se dépêchait de retirer son blouson avant de s’attaquer à sa chemise qui ne semblait pas vouloir s’ouvrir correctement. A l’affut du moindre de bruit, il sentait alors des goûtes de sueur perler sur son front en entendant des bruits de pas non loin de lui. Ironie du sort, sa peau avait retrouvé sa couleur d’origine, l’empêchant ainsi de pouvoir fuir sans se faire voir par son coéquipier…
Revenir en haut Aller en bas
Heo Naoya
LACHESIS ♦ ARMEE
avatar
Age : 31 ans
Pouvoir : //
Pseudo : Shina
Messages : 65
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: I caught ya, 'gonna play Lun 21 Jan - 0:11

Un silence pesant s'était abattu entre les deux hommes qui se tenaient debout l'un en face de l'autre, se mitraillant véritablement du regard. Naoya souriait en coin, attendait patiemment ce que le Coréen allait lui répliquer. D'ailleurs, ce denier songeait-il à tout ce que le Japonais venait de lui dire ? Est-ce qu'il se rendait compte de son erreur de n'avoir pas retiré lui-même la vie à ce jeune mutant ? Est-ce qu'il regrettait le fait de l'avoir aider à s'enfuir ? Comment vivait-il en ayant pertinemment entendu le coup de feu résonner ? Il n'avait pas été malin sur le coup ; avait-il seulement pensé un seul instant à s'il se faisait remarquer par Naoya dans cette situation-là ? S'il souhaitait venir en aide à ces créatures du Diable, il fallait être bien plus discret. Là, son histoire aurait pu être repérée à des kilomètres à la ronde et Sei Wong se devait d'être reconnaissant envers l'ex-médecin pour avoir terminé le boulot à sa place. Ou bien si Sei Wong avait laissé partir ce mutant, cela avait été pour lui faire croire en une liberté en l'espace de quelques secondes ? S'était-il amusé à lui donner l'espoir de posséder cette liberté tant convoitée ? Évidemment, cette pensée plaisait beaucoup à Naoya... mais n'était apparemment pas celle à laquelle avait réfléchi son coéquipier.

Ce dernier sortit tout à coup son arme de sa ceinture, la braquant droit devant lui sur le front du tatoué qui, sur le coup de la surprise, avait reculé d'un pas en arrière. Le bras du Coréen ne tremblait pas et son regard soutenait avec ferveur celui du Japonais. Il était énervé, lui aussi, mais les paroles qui suivirent n'eurent que pour seul effet de faire sourire Naoya. Ce n'était qu'un gosse... et alors ? Est-ce que ces bêtes avaient eu pitié de son propre fils ? Est-ce qu'ils s'étaient retenus de lui ôter sauvagement la vie ? Son fils à lui n'avait que deux ans, deux putains d'années qu'on lui avait volées en si peu de temps ! Enfant ou pas, il ne faisait plus la différence, pour lui toutes ces choses étaient regroupées dans un même panier, le panier des Enfers à exterminer de toute urgence sans se soucier de quoi que ce soit. Pourquoi ferait-il la différence entre une femme, un enfant et un homme ? Ils possédaient tous autant qu'ils étaient des pouvoirs surnaturels qui dépassaient l'entendement et qu'ils ne savaient pas contrôler ; ils faisaient des ravages tout autour d'eux, personne ne pouvait le nier, et Naoya avait été l'une de leur victime ; mais désormais il n'était plus le gentil médecin qui les aiderait à se soigner ou à contrôler leur pouvoir, non, maintenant il était le militaire violent qui ne possédait qu'un cœur de pierre, insensible à un trop grand nombre de choses.

« Vas-y, tire ! Qu'est-ce que tu attends ? »

De la provocation qui sembla fonctionner car son vis-à-vis se rapprocha de lui, collant son arme sur son front. Oui, qu'attendait-il pour le tuer ? Est-ce qu'il aurait davantage de courage face à un adversaire comme Naoya ? Est-ce qu'il n'échouerait pas encore comme il y avait quelques minutes de cela ? Allait-il se dégonfler et ranger son petit jouet ou bien allait-il bel et bien lui loger une balle dans le crâne ? La tension entre les deux hommes étaient devenue de plus en plus forte et ne cessait d'augmenter plus les secondes s'écoulaient. Tic, tac, tic, tac... qu'en vas-tu tirer Sei Wong ? se demanda Naoya, légèrement plus amusé de la situation qu'autre chose. Néanmoins, ce qui était le plus amusant, c'était que le Japonais savait d'ors et déjà qu'il ressortirait vivant de cette menace ; son collègue n'avait pas pu mettre un terme à la vie d'une faible créature sans défense, comment le pourrait-il face à un homme tel que Naoya ? Il ne le pouvait pas ; Naoya avait raison.

Un coup de poing dans le ventre plus tard qui avait fait lâcher un son guttural de la part du Japonais, Sei Wong s'exprima de nouveau. Naoya qui se tenait le ventre d'un bras se mit aussitôt à rire, un rire moqueur qui sortait du plus profond de ses tripes.

« Et bien tue-moi donc Sei Wong ! s'exclama-t-il. Et entre nous, je crois que t'as une plus grande gueule que moi. Tu l'ouvres pour brasser du vent et t'es pas foutu de faire ton job correctement... ! »

La dernière partie de sa phrase n'avait été qu'un murmure en vue de ce qui était en train de se dérouler sous ses yeux grands écarquillés. Sei Wong qui pourtant était bien là, devant lui, quelques secondes plus tôt, semblait être... transparent, invisible. Naoya eut un nouveau mouvement de recul, véritablement choqué de l'apparence de son interlocuteur. Il ne le voyait plus ; il voyait au travers de lui, comme s'il n'existait pas, comme s'il n'y avait personne... pourtant ses vêtements étaient, eux, toujours visibles, ce qui démontrait donc bien sa présence en ce lieu.

« Qu'est-ce que... »

Et puis il y eut Sei Wong qui détala comme un lapin pourchassé, abandonnant derrière lui un Naoya totalement abasourdi de ce qui s'était passé à l'instant. Alors... alors c'était pour cette raison-là que Sei Wong n'avait pas été capable de tuer ce mutant en fuite ? Ses pouvoirs... était-il lui-même un mutant ?! Le Japonais fronça les sourcils et se donna quelques secondes afin de réfléchir à tout cela avant d'agir en conséquence... Non, finalement il préféra immédiatement partir à sa recherche, lui courant derrière. Il possédait un mal inguérissable en lui, mais Naoya promettait de l'aider à s'en sortir... Oh, c'était si simple de le rendre heureux et de lui faire oublier toute la souffrance qu'il pouvait ressentir car comme la plupart des mutants, Sei Wong ne paraissait pas savoir contrôler son pouvoir, et même si l'ex-médecin avait pu étudier de près ce genre de chose, il ne lèverait pas même le petit doigt pour l'aider... Il préférait l'aider en le tuant ; c'était une méthode bien plus simple et efficace ; radicale.

Ou alors... pourquoi ne pas lui faire subir quelques doux traitements dans l'un de ces laboratoires... ? Il devait bien y avoir des produits à lui injecter dans le sang afin de voir comment est-ce qu'il pouvait devenir transparent, non ? Cela intriguait Naoya, un genre de fascination malsaine car il était aveuglé par sa haine de ces monstres dénués de tout sentiments selon lui. Il lui suffisait juste d'attraper Sei Wong et de le traîner quelque part par là... Juste quelques minutes, juste pour voir à quoi il réagissait et dévoilait au grand jour son pouvoir. C'était cela qui guidait les pas du militaire, qui le dirigea jusqu'au soldat qui était dos à lui. Est-ce qu'il redoutait de se faire dénicher par Naoya ? Il savait pertinemment ce que faisait le Japonais à ces êtres abjectes... et se dire que Sei Wong tremblait à l'idée de le revoir à ses côtés était une immense excitation. Naoya s'était perdu dans ses affreuses pensées, dans sa haine qui le rongeait continuellement depuis plus de deux ans désormais ; il n'avait plus les idées très lucides et rien d'autre que la vengeance ne régissait son cœur.

Il s'approcha de sa nouvelle proie, lui tapotant sur l'épaule pour qu'elle fasse volte-face et il leva son arme, lui assénant un violent coup sur la tête à l'aide de la crosse de son fusil.

« Tu n'es même pas foutu de t'enfuir toi-même. » lui sourit-il en lui empoignant fermement les cheveux d'une main.

Pour plus de sécurité, même si le Coréen avait l'air bien sonné de son attaque, il lui retira son révolver de la ceinture, l'enfonçant dans la poche arrière de son pantalon. Cela fait, il tira sans mal son vis-à-vis hors de cette petite impasse dans laquelle il avait crû trouver une bonne cachette. Mais manque de chance, c'était Naoya à ses trousses, et il parvenait toujours à ses fins, aussi atroces étaient-elles.

« Allez, bouge ton cul, je n'ai pas que toi à m'occuper. »

D'un nouveau geste plus sec et insistant, le Japonais l'entraîna à sa suite et les voilà bientôt pénétrant dans un laboratoire plutôt sombre et relativement glauque. A croire que même l'ambiance de l'endroit présageait qu'il ne s'y passait rien de bon... Mais cela avait le mérite de plaire à Naoya qui balança sans retenue son prisonnier sur une chaise, lui liant les mains dans le dos grâce à de vieilles cordes qui traînaient sur les bureaux. Naoya s'assit lui-même sur une chaise face à lui, le sourire goguenard. Ah tiens, qu'il était beau le soldat là ! Pris au piège tel un rat, tel ces mutants répugnants.

« Alors Monsieur l'homme invisible, on n'ouvre plus sa grande gueule ? Tu t'es bien foutu de moi en me cachant ton petit pouvoir, mh ? » l'interrogea-t-il en rapprochant son visage du sien, le regardant droit dans les yeux.

Encore un sourire, tout aussi railleur, puis Naoya se recula, passant une main dans ses cheveux pour les repousser de son visage.

« J'ai envie de tester quelques trucs avec toi alors dépêche-toi de te réveiller un peu plus vite que ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Ahn Sei Wong
LACHESIS ♦ ARMEE
avatar
Age : 24 yo
Pouvoir : Invisibilité
Pseudo : Joxtop
Messages : 60
Date d'inscription : 18/01/2013

MessageSujet: Re: I caught ya, 'gonna play Lun 21 Jan - 15:39

Le révolver appuyé sur le front de son coéquipier, Sei Wong faisait tout son possible pour garder son sang-froid et ne pas exploser sous la colère alors que ce dernier avait abattu le jeune mutant qu’il avait cru pouvoir sauver. Il avait failli en son devoir et la rage qu’il ressentait à cet instant semblait frôler des sommets…Allait-il le tuer ? A dire vrai il ne savait pas s’il avait le cran de le faire. Après tout le coréen n’était pas un meurtrier et même si cet homme qui le provoquait méritait amplement de crever dans la pire souffrance possible, il ne se sentait pas capable de lui ôter la vie. Qui était-il pour se permettre une telle chose ? Absolument personne et il en était bien conscient. Naoya devait sûrement s’imaginer qu’il n’était incapable de le faire parce qu’il était effrayé et il avait parfaitement raison, ce qu’il n’avoua cependant pas, trop fier pour cela. Lorsque le japonais se mit à le provoquer de plus belle en laissant un rire moqueur s’échapper d’entre ses lèvres, Sei dut se retenir de lui sauter dessus comme un animal sauvage affamé. Il rêvait de pouvoir nettoyer la capitale de tous ces lachesis qui se croyaient au-dessus de tout mais il ne pouvait décemment pas se permettre de s’éloigner de son but qui consistait à sauver le plus de mutants possibles, tout ça pour de la vermine. Ces hommes ne méritaient pas le peu d’attention qu’il leur portait, n’avait-il pas raison ?

sei wong – « Je t’ai dit de la fermer, t’as des problèmes de compréhension ou tu es simplement plus con que ce que je pensais ? »

Enervé comme il l’était, le jeune soldat semblait avoir oublié que son pouvoir adorait se manifester lorsqu’il était sur les nerfs, ce qui était le cas depuis plusieurs minutes déjà. Comment pouvait-il penser à ce genre de choses alors que son coéquipier avait tué ce gosse quelques minutes auparavant et qu’il continuait de le provoquer de la sorte ? Sei Wong était un homme normal et ne pouvait donc pas supporter les remarques qu’il lui avait lancées au visage sur ce ton si supérieur. Malheureusement pour lui la situation se mit à tourner en la faveur du japonais qui le regardait à présent avec un air surpris affiché sur le visage. Ses traits semblaient s’être crispés sous le coup de la surprise, poussant Sei Wong a vérifié qu’il n’était pas devenu invisible…Ce qui était pourtant le cas. Sachant pertinemment que son interlocuteur avait accumulé une haine sans égal à l’égard des mutants au fil des ans, il ne voyait donc pas d’autres moyens de survivre que de fuir. Il était à présent la proie et Naoya le chasseur qui n’hésiterait pas à le descendre comme il l’avait fait avec l’enfant mutant qu’il avait tenté de sauver en vain. Loin d’être stupide au point d’ignorer cette menace qui s’abattait sur lui, Sei Wong se mit à courir pour le fuir et se trouver un endroit loin d’être sûr pour commencer à se déshabiller. Tout comme la plupart des humains qui avaient un pouvoir comme lui, il ne le contrôlait pas du tout et par conséquent n’était pas encore capable de rendre invisible ses vêtements en même temps que sa peau. Malgré son invisibilité, ses vêtements eux étaient bien visibles et l’empêcher de pouvoir échapper à Naoya comme il aurait voulu que ce soit le cas. Comme il l’avait prédit, le japonais mit le doigt sur lui sans difficulté et l’assomma sans lui permettre de se défendre…

Sonné comme il l’était, le jeune homme mit quelques minutes à se réveiller sans pour autant ouvrir les yeux pour le regarder, préférant l’écouter attentivement malgré la peur qui commençait à se faire plus présente. Qu’allait-il donc lui faire ? Où étaient-ils ? Sei bougea légèrement ses mains en sentant que celles-ci étaient prisonnières de ce qui semblait être une corde légèrement humidifiée. Allait-il le tuer ? Le coréen ne pouvait l’affirmer, manquant cruellement d’informations sur cet homme qu’il pensait pourtant connaître depuis qu’il avait commencé à travailler avec lui. Il avait beau être le fils d’un haut dirigeant à Séoul, il n’était pas certain que son rang soit suffisant pour convaincre Naoya de lui laisser la vie sauve…Même si il ne voulait pas l’avouer, Sei Wong était assez intelligent pour savoir que le japonais pourrait le tuer et se débarrasser de son corps sans la moindre difficulté. Après tout il n’était pas réputé pour être un mauvais soldat ni même pour avoir pitié de ses proies…Non, Naoya faisait partie de l’élite des soldats et était réputé pour ses techniques sanglantes…Tout ça ne présageait rien de bon pour le coréen qui commençait sérieusement à se demander pourquoi il ne l’achevait pas là, tout de suite. Voulait-il le torturer avant ? Était-il aussi sadique que Sei Wong se l’imaginait ou allait-il se contenter de lui faire un peu peur avant de le descendre ?

« Tu vas me tuer ? » se contenta-il de demander tout en ouvrant les yeux pour le regarder avec le plus d’assurance dont il pouvait faire preuve. Le soldat coréen connaissait très bien les laboratoires pour y avoir passé plusieurs heures caché à observer les mutants qu’il arrivait parfois à sauver quand son pouvoir se montrait coopératif…Il s’était d’ailleurs à plusieurs reprises retrouvé dans des situations plutôt cocasses alors qu’il tentait de s’entrainer à rester invisible le plus longtemps possible…Heureusement pour lui, personne ne l’avait jamais vu apparaître nu devant lui...

Le regard posé sur son interlocuteur, Sei Wong essayait de déceler une once d’humanité dans ses yeux sans grand résultat…Était-il d’ailleurs humain ? Il n’en savait rien et ne pourrait probablement jamais le savoir s’il finissait mort dans les minutes à venir. Triste vie, n’est-ce pas ? Tué par un des siens…Ce n’était peut-être pas plus mal…Il fallait bien mourir un jour même si il avait bêtement espéré que la faucheuse attendrait quelques années avant de se manifester. Dans le cas présent la situation était beaucoup trop désespérée pour espérer sortir vivant de ce laboratoire qui ne semblait pas avoir servis depuis déjà quelques mois…et peut-être années si il en jugeait par la saleté des lieux. Tentant de faire de son mieux pour masquer la peur qu’il ressentait à l’idée de mourir des mains de Naoya, Sei afficha un petit sourire amusé sur le visage pour tromper son bourreau.

sei wong - « Tu n’es pas sérieux quand tu dis que tu as envie de tester quelques trucs pas vrai ? Tu ne connais pas l’étendue de mon pouvoir Naoya, qui te dit qu’il ne t’arrivera rien en voulant jouer au petit chimiste ? Si tu crois être le premier imbécile à vouloir me tuer, tu te trompes…Je t’aurais bien donné les prénoms de ceux qui se sont mis en tête de me descendre mais il y a un petit soucis…J’ai bien peur de les avoir tués. »

Est-ce que son petit mensonge allait fonctionner sur Naoya ? Sei Wong savait se montrer très convainquant lorsqu’il le désirait, mais il ne savait pas si cela suffirait dans le cas présent. Il fallait dire que le japonais faisait partie de ces personnes difficiles à manipuler et Sei allait en faire l’expérience par la suite. Essayer de survivre, voilà ce qu’il l’importait pour l’instant et pour quelqu’un qui était dans l’impossibilité de fuir Sei se débrouillait plutôt bien ! Pour commencer il ne tremblait pas et n’affichait aucun signe de peur qui pourrait le trahir…Au lieu de ça il se contentait d’afficher un sourire pour provoquer le soldat assit en face de lui, s’imaginant qu’en paraissant sûr de lui il aurait peut-être une chose de le convaincre.

sei wong - « Alors que comptes-tu faire ? Soyons réalistes Naoya, d’accord ? Tu ne fais pas le poids face à moi alors si j’étais toi je ne jouerais pas au con avec un homme dont tu ne connais absolument rien…Libères moi et je te promets de te laisser la vie sauve, qu’en penses-tu ? Je trouve cette solution assez correcte étant donné la situation dans laquelle tu m’as mise. »
Revenir en haut Aller en bas
Heo Naoya
LACHESIS ♦ ARMEE
avatar
Age : 31 ans
Pouvoir : //
Pseudo : Shina
Messages : 65
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: I caught ya, 'gonna play Sam 26 Jan - 13:37

S'il allait le tuer... ? C'était une bonne idée que lui proposait là le Coréen... Cependant, Naoya avait autre chose dans la tête à ce moment-là. Il n'avait pas encore l'intention de le faire disparaître comme cet enfant mutant qui avait cherché à s'enfuir ; il souhaitait essayer quelques petites expériences avec lui. Après tout, comment était-il possible d'être à la fois humain et mutant ? Naoya avait beau eu exercer la profession de médecin durant de longues années, jamais il n'avait rencontré un tel cas - vivant, bien sûr. Sauf sa mère. Sa mère qu'il aurait pourtant voulu sauver, de tout son cœur, mais que les évènements lui avait sauvagement arraché. Cette bombe... une véritable catastrophe qui lui avait tout arraché... excepté la personne qu'il détestait du plus profond de son être : son père. C'était lui le fautif, c'était de sa faute à lui si Naoya était devenu aussi violent et sans cœur. Son père avait été l'un des scientifiques qui avait participé à la fabrication de cette bombe ; il avait engendré tout cela et avait fait de son fils un véritable meurtrier.

Alors la réponse était non, il ne le tuerait pas et il trouvait même cette question très ridicule. Si le Japonais avait voulu l'envoyer dans l'autre monde, croyait-il sincèrement qu'il se serait amusé à le traîner jusque dans ce laboratoire ? Il n'avait pas besoin de se cacher dans un endroit pour ôter la vie d'un autre. Il ne possédait aucune honte vis-à-vis de ce qu'il faisait et il n'en aurait probablement jamais. Des regrets, certes, mais aucune honte. Il assumait pleinement tous ses faits et gestes, toutes ses paroles. Il en était parfaitement conscient et ne mentirait jamais sur ce qu'il pouvait bien penser ou faire. On lui avait déjà qu'il s'agissait d'un certain égocentrisme mal tourné. Comme s'il en était presque... fier. Mais si telles sont vos pensées, retirez-les vous immédiatement de la tête. Il n'en était pas fier, il ne ressentait absolument rien ; il était indifférent à ses coups de feu qu'il tirait sans hésiter pour abattre ces démons. Ça ne lui faisait ni chaud ni froid (quoiqu'une certaine montée d'adrénaline l'envahissait bien souvent...). C'était juste sa mission, sa vengeance, et la seule émotions qu'il pouvait avoir, c'était un vrai soulagement quand il parvenait à ses fins. Un de moins ; et peut-être que s'il n'en avait pas soigné autant auparavant, oui, peut-être, peut-être que sa femme et son fils seraient toujours là, à ses côtés.

« Tomo... » souffla-t-il fébrilement en secouant ensuite le visage pour faire échapper ses pensées pour son enfant.

Tomo doit être fier de moi, fier de voir que son papa le venge et rend justice du mieux qu'il le peut. Oui, Naoya en était convaincu que d'où se trouvait son fils, il était fier de lui, mais une part dans son cœur demeurait sceptique face à ces méthodes... Est-ce que c'était ce qu'aurait voulu Hae Ri, sa femme ? Il comptait mener sa vengeance à bien, à terme, mais est-ce qu'une fois qu'il aurait éradiqué tous ces mutants de la surface de la Terre sa colère serait rassasiée ? C'était des choses en lesquelles il ne se laissait pas assez plonger. Il était aveuglé par cette nouvelle race aux pouvoirs destructeurs et qui ne méritait tout simplement pas de vivre uniquement car il l'avait décrété ainsi. Ils l'avaient fait souffrir, à maintes reprises, alors c'était à son tour de le faire, et il leur rendrait la pareille... en deux fois plus fort. Il en était capable, tant il avait emmagasiné de haine, et il ne se gênerait pas pour se laissait aller.

Mais devant lui, il s'agissait de Sei Wong. Sei Wong que Naoya avait pourtant crû aussi humain que lui. Pourquoi s'était-il caché ? Pourquoi ne lui avait-il pas révélé son petit « problème » dès le début ? Était-ce par peur des réactions du Japonais que le Coréen ne l'avait pas fait ? C'était relativement intéressant comme réponse à tout cela... et ça plaisait au tatoué qui reporta son regard sur son interlocuteur qui était attaché à la chaise en face de lui. Il parlait, parlait... pour brasser du vent. Naoya le lui avait déjà déclaré précédemment et il détestait devoir répéter les choses une seconde fois. A part gagner un peu de temps, que cherchait-il à faire ? Il voulait voir Naoya renoncer à cette excellente idée de le chatouiller un peu pour voir comment il se transformait en homme invisible ?... Peine perdue. Naoya pouvait se montrer extrêmement borné et il ne lâchait jamais rien qui lui tenait à cœur. Sei Wong était un mystère pour lui ; et les mystères n'avaient jamais été son fort. Il était curieux, que voulez-vous !

« Si je ne suis pas sérieux... ? reprit-il en s'approchant de nouveau de son prisonnier. Je ne le suis que trop. Et un conseil, cesse de l'ouvrir à tout bout de champs pour dire des choses aussi inutiles, je ne te laisserais pas partir avant d'avoir vu ce que j'ai envie de voir. »

Cela avait au moins le mérite d'être clair et net. Il se releva ensuite de son propre siège en soupirant puis il déposa son fusil - qu'il portait toujours à l'épaule - sur l'un des bureaux derrière lui pour se mettre à regarder un peu tout ce qui traînait justement par-là. Il y avait beaucoup de poussières et l'on pouvait bien se demander depuis combien de temps cet endroit n'avait pas été utilisé. Naoya se pencha pour souffler sur tout ça, balayant les saletés qui l'empêchait de bien voir. De vieux cahiers déchirés, des bocaux en verre brisés, des fioles de-ci de-là, et dans les tiroirs des seringues jaunies par les années. Ces dernières lui firent esquisser un léger sourire et il ne se priva pas d'en attraper quelques unes pour les mettre de côté et d'avoir ensuite son intérêt porté sur le large bureau à quelques mètres d'où il se trouvait. Il allait s'y rendre quand la voix de Sei Wong résonna à nouveau dans le bâtiment.

Le militaire leva les yeux au plafond et serra les dents, agacé de l'entendre piailler sans cesse. Il ne pouvait tout simplement pas se taire et laisser Naoya agir à sa guise ? Il fallait tout lui apprendre ou bien... ? Le Japonais retourna donc auprès de sa nouvelle proie et se rassit nonchalamment sur sa chaise. Il n'aimait pas le sourire qu'avait Sei Wong, il lui paraissait moqueur et bien trop sûr de lui pour être sincère.

« T'es vraiment débile en fait, lâcha tout à coup Naoya. Rappelles-moi qui c'est qui est attaché à sa chaise... ? Toi ? Ah, on est bien d'accord, » s'amusa-t-il.

Il se releva et posa sa main sur le torse de Sei Wong pour le pousser et ainsi faire basculer la chaise au sol.

« Maintenant tu fermes ta grande gueule sinon je vais devoir te bâillonner en plus, ce serait vraiment dommage tu ne crois pas ? »

Tss... Le Japonais l'abandonna donc là durant un instant pour retourner auprès de ce bureau qui l'avait attiré quelques minutes plus tôt. Il y avait diverses substances et différents liquides dans toutes sortes de fioles. L'ancien médecin se pencha pour lire ce qu'il y avait écrit sur les étiquettes, mais le temps avait eu raison de la plupart des lettres inscrites. Il haussa les épaules en se redressant ; tant pis, il en prendrait un ou deux au hasard et adviendra ce qui adviendra. Celle-ci de couleur transparente et puis... hm... Un sourire élargit ses lèvres tandis qu'il s'empara d'un tube rouge ; intéressant, vraiment. A quoi pouvait bien réagir Sei Wong pour disparaitre de la sorte... ? A bien y songer, ce qui s'était déroulait précédemment n'avait pas été le fruit d'un quelconque produit à injecter dans la peau ; disparaissait-il selon ses émotions ?

Naoya se retourna pour le fixer un instant, là, allongé au sol, prisonnier. Le jeune homme enfonça ses précieuses fioles dans ses poches et repartit auprès de lui, s'agenouillant un genou sur sa poitrine.

« Quand j'ai buté ce gosse tout à l'heure... Tu veux savoir ce que j'ai ressenti ? lui demanda-t-il. Ça m'a fait un bien fou ! Lui exploser la tête et voir son corps tomber, mort, par terre... Je suis certain qu'il a crû, qu'il a espéré, pouvoir s'enfuir et ne pas se faire tuer, poursuivit-il en souriant. Mais je l'ai attrapé, juste avant qu'il ne puisse sortir d'ici ! »

Il plongea son regard dans celui de son collègue. Il souhaitait l'énerver encore, lire sa haine dans ses yeux et lui montrer son impuissance, son incapacité à lui, s'enfuir de l'emprise de Naoya.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ahn Sei Wong
LACHESIS ♦ ARMEE
avatar
Age : 24 yo
Pouvoir : Invisibilité
Pseudo : Joxtop
Messages : 60
Date d'inscription : 18/01/2013

MessageSujet: Re: I caught ya, 'gonna play Mer 6 Fév - 23:36

Assit sur la chaise après s’être fait assommé, le jeune soldat semblait encore un peu choqué par ce qu’il venait de se passer. Pourquoi avait-il fallu que son pouvoir se manifeste devant son collègue, Naoya ? Pourquoi n’avait-il pas pu contrôler sa colère et ainsi s’éviter une mort certaine ? Sei Wong s’en voulait terriblement d’avoir été si stupide alors qu’au final, il n’y était pour rien. Il n’avait pas réussi à sauver ce jeune mutant et à présent il en payait les conséquences…S’il refusait de s’être présenté au travail aujourd’hui ? Oui et pas qu’un peu, malheureusement. Pourquoi n’avait-il donc pas préféré rester au lit avec Sungho au lieu de se lever pour aller bosser ? En parlant de Sungho, il se demandait comment ce dernier allait réagir s’il apprenait que son petit ami s’était fait tuer par un autre Lachesis. Avec un caractère aussi fougueux que le sien, Sei Wong espérait sincèrement qu’il ne ferait pas de conneries en allant s’attaquer à Naoya. Assit face à lui, le coréen devait avouer ne pas se sentir en sécurité du tout, peut-être justement car il avait déjà vu le jeune homme tuer des mutants sous ses yeux et cela, sans la moindre hésitation. Sei Wong ne connaissait pas la raison de cette haine vouée aux mutants et ne lui avait jamais posé de questions à ce sujet…Dans son esprit, il faisait partie de ces gens effrayés par leurs pouvoirs et il devait avouer qu’il ne comprenait pas qu’on puisse penser de la sorte.

Toujours face à lui, Sei Wong se crispa légèrement en entendant sa réponse. Comme il se l’était imaginé, le japonais n’était pas encore prêt à le laisser partir et il était bel et bien sérieux…Plus les minutes passaient et plus le coréen commençaient à se demander si sa vie allait se terminer dans ce laboratoire. Lorsque ce dernier s’éloigna pour aller poser son arme sur un des bureaux et se mettre à ouvrir des tiroirs ainsi qu’observer les produits posés sur le bureau, Sei Wong fronça les sourcils, se demandant bien ce qu’il pouvait mijoter. Allait-il l’empoisonner ? C’était une idée comme une autre…En espérant pouvoir s’échapper, le brun se mit alors à le provoquer en lui disant qu’il était préférable pour lui de ne pas s’attaquer à un mutant, ce à quoi Naoya ne sembla pas croire une seule seconde, bien au contraire. Après s’être assit pendant quelques secondes le soldat se releva pour appuyer sa main contre le torse du coréen pour le pousser au sol avec la chaise. Serrant les dents sous le choc, Sei Wong lança un regard noir à Naoya, regrettant presque de ne pas avoir un pouvoir plus utile que l’invisibilité. Après lui avoir demandé de se taire une fois de plus, le japonais recula pour aller chercher des choses sur le bureau, choses que Sei Wong n’avait pas réussi à identifier, ne pouvant pas bien voir depuis le sol. Essayant de défaire les nœuds discrètement, il arrêta aussitôt de gigoter quand son ainé se rapprocha de lui à nouveau et s’appuya sur lui. Que faisait-il ? Tout dans son regard démontrait à quel point il pouvait être arrogant quand il voulait, ce qui ne plaisait pas du tout au coréen, très peu friand de ce genre de caractère. Il l’écouta par la suite en serrant les poings au fur et à mesure que le japonais vomissait son flot de paroles en semblant prendre du plaisir à l’énerver. Comment pouvait-on être aussi insensible lorsqu’on tuait un enfant ? Sei Wong ne pouvait clairement pas et ne voulait pas comprendre. Le soldat avait déjà du mal à tuer à la base, alors imaginez-vous un peu le dégout qu’il pouvait ressentir à l’idée de tuer un enfant inoffensif…Mutant ou pas, le coréen détestait la façon de penser de Naoya et n’avait qu’une envie : se libérer pour le frapper, encore et encore. Plongeant son regard dans celui du soldat, il ne sourcilla pas, préférant paraître sûr de lui et peu impressionné par son petit discours qui se voulait intimidant. Commençant doucement mais sûrement à ressentir de la rage à l’égard du jeune homme, il était persuadé que sa haine se lisait dans ses yeux, ce qui pourtant ne semblait pas le déranger. Plus le japonais continuait de parler et plus l’énervement se fit sentir. Sans même s’en rendre compte au premier abord, le corps du coréen devint rapidement invisible sous le coup de la colère et pour la première fois depuis l’apparition des premiers signes de son pouvoir, ce dernier prit beaucoup plus d’ampleur que les fois précédentes. Ecarquillant les yeux en voyant la moitié du corps du japonais devenir invisible, le coréen baissa automatiquement les yeux sur la chaise qu’il ne vit plus également. Que lui arrivait-il ? Depuis quand pouvait-il rendre invisible les objets et les personnes en contact physique avec lui ? Ses habits, eux aussi, avaient totalement disparus…laissant place au vide total. La rage améliorait donc son pouvoir ? S’en réjouissant sans que le japonais puisse le voir, Sei Wong se demanda si son pouvoir lui cachait encore d’autre surprises…Profitant du petit effet de surprise qu’il avait sûrement réussi à créer, le brun donna un coup de pieds violent dans le torse de son collègue pour le déstabiliser. Essayant du mieux qu’il pouvait de se libérer, il réussit juste à ramper déplacer la chaise de quelques centimètres tout au plus. Dépité de ne pas avoir de quoi détacher ses liens sous la main, il maugréa quelques insultes à l’égard du japonais avant de se concentrer pour rester le plus longtemps possible invisible à ses yeux. Cependant son envie ne sembla pas satisfaisable et tout revint à la normale en l’espace de quelques courtes minutes. Lançant un regard noir à son interlocuteur, Sei Wong essaya de paraître menaçant.

ahn sei wong - « Fais attention, je t’ai dit que mon pouvoir était plus dangereux que tu ne te l’imaginais Naoya. Ne sois pas stupide voyons…Je sais que tu n’es pas une lumière mais quand même. Ca serait bête de mourir, tué par un mutant…Comme ta femme, non ? Oui j’ai lu ton dossier, ça t’en bouche un coin pas vrai ? Avec un père aussi haut placé que le mien il y a certains avantages auxquels j’ai accès et je ne m’en gêne pas. Comment s’appelle-t-elle déjà ? Enfin excuse-moi…Comment « s’appelait-elle » ? Hae Ri si je ne me trompe pas. Assassinée par deux mutants, n’est-ce pas ? La pauvre petite…Si j’avais été à la place de ces deux mutants j’aurais agis exactement de la même façon, quoi que je l’aurais peut-être violée avant, histoire de m’amuser un peu. Et après tu sais ce que j’aurais fait ? Tu meurs d’envie de la savoir, hein Naoya ? Je pense que je l’aurais égorgée devant toi, après avoir pris le temps de lacérer son corps dénudé. »

Débitant ses paroles sans fléchir, il lui souriait avant de rire pour le provoquer comme ce dernier l’avait fait quelques minutes auparavant. Il voulait le tuer ? Alors qu’il le fasse, Sei Wong avait envie de le faire souffrir avant de se retrouver six pieds sous terre. Le soldat avait bel et bien eu accès aux dossiers concernant Naoya mais n’avait pas eu le temps de le terminer…Raison pour laquelle il n’était pas au courant de la mort de son fils qu’il n’avait d’ailleurs jamais connu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Heo Naoya
LACHESIS ♦ ARMEE
avatar
Age : 31 ans
Pouvoir : //
Pseudo : Shina
Messages : 65
Date d'inscription : 15/01/2013

MessageSujet: Re: I caught ya, 'gonna play Lun 18 Fév - 18:12

Cela y était, Sei Wong le détestait. Naoya pouvait aisément lire dans ses yeux la haine qui l'habitait, tout le dégoût qu'il possédait envers lui et le japonais se faisait un malin plaisir à continuer de parler, lui racontant ô combien cela lui avait fait du bien d'éradiquer de la surface de la Terre ce jeune garçon, ce jeune mutant, cette créature qu'il avait bien du mal à penser humaine en quoi que ce soit. Cette... chose, le répugnait, le révulsait et il n'avait absolument eu aucun mal à l'éliminer. Qu'est-ce que cela pouvait bien faire qu'il s'agisse d'un enfant ou non ? Hommes, femmes, enfants, le militaire rangeait toutes ces immondices dans le même panier. Après tout, les enfants n'étaient pas destinés à grandir et à devenir de viles bêtes incontrôlables ? Bien sûr que si, alors les supprimer dès leur plus jeune âge était sans aucun doute la meilleure des solutions pour libérer ce monde corrompu. A cet instant-là, l'âme d'ancien médecin de Naoya était très loin derrière lui si bien qu'on pouvait se demander s'il avait un jour été une personne qui prenait soin des autres, peu importe leurs différences. Abhorrait-il cette nouvelle race car elle l'avait profondément blessé ou bien se détestait-il, lui, de n'avoir pas su ouvrir les yeux avant sur leur véritable nature ? Quoi que ce soit en tout cas, il n'était pas prêt d'abandonner son combat.

Ses yeux plongés dans ceux de son vis-à-vis, ce ne fut que lorsque ce dernier baissa son regard pour fixer son corps que Naoya fit de même, se rendant alors compte de l'étrangeté de la situation qui se passait désormais. Sei Wong était de nouveau en train de disparaître, de devenir... transparent. A cause de la haine ? Cela était probablement à cause de ce sentiment, ce sentiment aussi fort, que son pouvoir se manifestait une seconde fois. Mais c'était différent de tout à l'heure, à l'extérieur de ce laboratoire. Oui, cette fois-ci, les vêtements du coréen s'effaçaient également, se gommaient pour devenir invisible et puis ce fut au tour de la chaise de ne plus exister. Sauf qu'il n'y avait pas que cela. Son pouvoir semblait s'étendre davantage et Naoya se vit disparaître, lentement. D'abord ses pieds, ses jambes, et vint sa taille ; son corps se dissipait tout comme celui de son interlocuteur qui parvint à la repousser d'un violent coup de pied dans le torse.

Sous l'effet de la surprise, le militaire n'eut aucune réaction immédiate. Son cœur battait à cent à l'heure dans sa poitrine et quand il tendit ses mains pour les ouvrir devant lui, elles tremblaient. Quelle était cette... malédiction ?! Est-ce qu'il avait été contaminé en s'étant vu disparaître de la sorte avec Sei Wong ? Est-ce que lui aussi allait donc développer des pouvoirs qui dépassaient tout entendement ? Il était perdu, décontenancé surtout face à cette situation. Il tenta alors de se calmer, inspirant et expirant à fond, passant une main dans ses cheveux bruns mi-longs qui lui collaient légèrement sur le front à cause de la sueur extraite de cette forme de peur qui s'était emparée de lui. Ce n'était pas la première fois qu'il avait été en contact avec un mutant, mais c'était bel et bien la première fois qu'un pouvoir l'entraînait avec lui et c'était précisément cela qui le faisait trembler.

La chaise bougeait sur le sol, mais Naoya ne la voyait pas. Il ne distinguait ni cette chaise, ni Sei Wong. Il y avait juste du bruit, du bruit qui sortait de nulle part, donnant une dimension encore plus effroyable à ce lieux déjà assez glauque. Le japonais demeurait là, interdit, à fixer la place où s'était trouvé quelques secondes plus tôt le coréen. Combien de temps cela durerait, son invisibilité ? Sa question fut rapidement résolue quand il entendit de nouveau la voix de son prisonnier se manifester. Que racontait-il... ? Naoya dut se faire violence pour recouvrer ses esprits et tendre l'oreille. Mais peut-être que cela aurait été mieux, pour le bien des deux garçons ici présents, qu'il reste dans cet espèce d'état second, de transe intense, dans lequel il avait été plongé. C'était comme si Sei Wong se jetait dans la gueule du loup. Mentionner le nom de la femme de Naoya ? Dangereux. En parlant avec autant de vulgarité et d'inhumanité ? Ce petit jeu-là était bien risqué, mais il avait osé... Pauvre fou.

Le militaire se redressa et revint vers Sei Wong, le tirant par le col de sa veste pour remettre la chaise sur ses quatre pieds.

« Tu l'aurais violée ? débuta-t-il en un sourire ironique. Ça ne m'étonne même pas de toi Sei Wong... Tu n'es qu'un déchet. »

Il ne voulait pas s'énerver, mais pourtant ses nerfs bouillonnaient, tout son corps était en ébullition et il ne réussirait pas à se retenir de plus longues secondes. Comment se permettait-il de débiter de telles atrocités ? Faisait-il exprès de chercher Naoya alors qu'il était pourtant fait comme un rat ? Le japonais n'en savait rien, et il s'en moquait. Il comptait bien lui rendre la monnaie de sa pièce. Cette petite mascarade avait suffisamment duré. Sei Wong était un mutant, il n'y avait pas réfléchir une minute de plus. Il fallait agir, sur-le-champ.

« Et tu sais ce que je fais aux déchets, pas vrai Sei Wong ? Oh oui, tu le sais, tu le sais certainement même mieux que personne pour m'avoir vu faire plusieurs fois, reprit-il la parole en enfonçant l'une de ses mains dans la poche dans laquelle il avait, plus tôt, mis quelques seringues aux contenus inconnus. Tant que tu ne faisais que t'en prendre à moi, tu ne risquais pas grand-chose, mais oser ouvrir ta grande gueule pour insulter le nom de ma femme comme tu viens de le faire, c'est une chose que je ne te pardonnerai pas, jamais. »

Son regard déjà foncé s'assombrit davantage tandis qu'il débouchait la seringue, projetant quelques gouttes devant lui pour la faire fonctionner. Ce liquide était rouge, rouge vif. Qu'avait-on bien pu mélanger à l'intérieur ?... Peu importait la composition au fond, l'essentiel était d'injecteur cela dans le corps de cette personne répugnante et aux mots aussi grossiers et impertinents que son visage.

Très rapidement, son bras agit, saisissant les cheveux du coréen d'une bonne poigne afin de lui pencher la tête sur le côté, dévoilant ainsi la peau lisse de son cou. De son autre main, il fit tourner habilement la seringue entre ses doigts. Son visage était déformé par ses sentiments, ; il perdait peu à peu le contrôle de lui-même, n'arrivant pas à se calmer de ses propres moyens. Sei Wong l'avait poussé à bout entre ne pas avoir lui-même tué le mutant, avoir même cherché à l'aider à s'enfuir, lui avoir - malencontreusement, certes - dévoilé ses propres pouvoirs et lui parler de sa femme était tout simplement la cerise sur le gâteau, la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Naoya voyait rouge, mais ce n'était pas cette même couleur que dans la seringue. C'était une couleur sombre, sanguinaire, qui se profilait devant ses yeux.

L'aiguille s'enfonça dans le cou du coréen. Lentement, le produit diminuait dans la fiole, s'infiltrant dans le corps de Sei Wong. Le tatoué se pencha à son oreille, aimant le voir lutter contre un mur car Naoya menait, impassible, son action.

« Est-ce que ça fait mal ? lui murmura-t-il. Est-ce que ça brûle Sei Wong ? »

As-tu l'impression de souffrir comme moi je souffre ? poursuivit-il en son for intérieur. Non, bien sûr que non. Il ne souffrait pas comme lui, il ne pouvait pas ; personne ne pouvait. Sa haine le rongeait de plus en plus chaque jour, il possédait encore suffisamment de conscience en lui pour s'en rendre compte, mais il ne parvenait pas à la stopper. Un seul mot régnait en maître dans son esprit : vengeance. Et tant qu'elle ne serait pas accomplie, il ne sera jamais en paix avec lui-même. Il ne voulait pas faire le deuil, il se sentait affreusement coupable de la mort de sa femme et de son fils. A l'instar d'une dette, il devait payer pour ne pas avoir pu - su ? - les garder et les choyer précieusement. La vie ne lui avait jamais fait de cadeau jusqu'à sa rencontre avec cette adorable serveuse, qui avait menée à la naissance d'un enfant, et lui n'avait réussi qu'à briser tout ce bonheur.

« Je... suis désolé... »

La seringue vola en éclats sur le sol tandis qu'il reculait, buttant contre le bureau derrière lui. Qu'était-il en train de faire ? Il fixa le jeune homme toujours prisonnier de ses liens ; ils 'était réellement emballé au point de torture quelqu'un ?! Naoya plaqua ses deux mains coupables sur son visage, se le frottant comme s'il essayait de se réveiller de l'un de ses nombreux cauchemars qu'il faisait à peine ses paupières s'assoupissaient-elles.

Des excuses... Des excuses qui étaient destinées à qui ? A Sei Wong... ? Non... Le militaire s'excusait auprès de sa femme pour ne pas avoir été un meilleur mari, un meilleur père... à cause de ces créatures maudites que son propre père avait créé. Il le détestait, il les détestait du plus profond de ses tripes.

Un cri guttural s'échappa de ses lèvres, un cri qui résonna dans tout le laboratoire. Il était un animal blessé et complètement perdu. Il perdait la tête. Était-ce lui le pauvre fou ?

Sa rage le ranima tout aussi soudainement qu'elle l'avait quitté et cette fois-ci Naoya se rua sur ce mi-homme mi-mutant pour le rouer de coups. Juste se défouler sur lui parce qu'il ne pouvait rien faire d'autre.

« C'est de votre faute, criait-il, tout n'est que votre faute ! »

Vous, les mutants.
Revenir en haut Aller en bas
Ahn Sei Wong
LACHESIS ♦ ARMEE
avatar
Age : 24 yo
Pouvoir : Invisibilité
Pseudo : Joxtop
Messages : 60
Date d'inscription : 18/01/2013

MessageSujet: Re: I caught ya, 'gonna play Ven 22 Fév - 21:44

Couché par terre à essayer de se défaire des liens qui le retenait à la chaise, Sei Wong ne semblait plus vraiment espérer de réussir à s’échapper. Abandonner ? Lui qui pourtant n’était pas du genre à se laisser faire aussi facilement ne voyait pas comment il pourrait retrouver sa liberté alors qu’il était attaché et en présence d’un psychopathe comme Naoya. Tandis qu’il essayait encore de se libérer, il s’imaginait déjà la réaction de Sungho lorsque ce dernier apprendrait que son copain était mort. Il allait souffrir, peut-être même plus que ce que Sei Wong imaginait mais qu’y pouvait-il ? Demander à Naoya de dire à Sungho qu’il l’aimait n’était pas envisageable et encore moins s’il savait que ce dernier avait lui aussi un pouvoir. Le coréen invisible sur le sol avait soudainement envie de laisser quelques larmes couler sur ses joues à la pensée de ces gens qui allaient souffrir à cause de lui, ou plutôt à cause de ses agissements. Pourquoi avait-il fallu qu’il le contredise ? Pourquoi ne l’avait-il tout simplement pas tué ? Le lachesis n’avait pas envie de mourir et pourtant, il sentait que sa fin était proche.

Alors qu’il était totalement absorbé par ces cordes qui le retenaient, le jeune homme ne fit pas attention au japonais qui semblait délirer tout seul, dans son coin. En remarquant qu’il était impossible pour lui de détacher ses attaches, il voulut soudainement se venger en faisant souffrir son interlocuteur à son tour en parlant de sa femme. Il voulait le tuer ? Alors pourquoi ne pas se venger avant ? De toute façon ça ne changerait rien au sort qui l’attendait alors il ne voyait pas l’utilité de continuer à faire sa victime. Même s’il ne pensait pas un mot de ce qu’il disait, Sei Wong débita plusieurs paroles plus que désagréables à écouter pour le soldat mais qui ne semblait pas gêner celui qui les disait…c’est-à-dire Sei Wong. En le voyant, on avait presque l’impression qu’il se délectait en disant de telles choses, ce qui ne dut sûrement pas plaire à Naoya qui ne mit pas de temps à redresser la chaise pour pouvoir le regarder dans les yeux. Pour être totalement réaliste, Sei Wong était tout bonnement incapable de violer une femme, même pour faire souffrir quelqu’un qui lui, ne s’était pas gêné pour se mettre en travers de son chemin. Comment pouvait-on faire une chose aussi ignoble ? Le coréen ne désirait pas le savoir. En se faisant traiter de déchet cependant, il se contenta de rire, préférant le provoquer que de lui faire le plaisir de répondre à ce qu’il disait. Lorsqu’il se remit à parler des mutants qu’il tuait, Sei Wong perdit son sourire, devant faire un effort pour ne pas entrer dans une colère noir comme quelques minutes auparavant. « contrôle-toi… » pensa-t-il en serrant les dents sans cesser de le fixer. Ainsi donc il ne comptait pas le tuer avant qu’il se mette à parler de sa femme ? Et puis quoi encore ? Ce mec le prenait vraiment pour un idiot…

sei wong - « Et tu veux me faire gober ça ? Un vrai psychopathe… »

Alors qu’il essayait de ne pas laisser transparaître le moindre signe de la peur qui le prenait au fur et à mesure que les minutes passaient, Sei Wong ne put s’empêcher de sentir son rythme cardiaque s’accélérer soudainement dans sa poitrine lorsqu’il vit jouer avec la seringue. Que contenait-elle ? Du poison ? Peut-être de la drogue…Il n’en savait rien à part que ça ne présageait rien de bon pour lui. Regrettant rapidement d’avoir voulu se montrer arrogant lorsqu’il attrapa ses cheveux pour l’obliger à pencher la tête sur le côté, Sei Wong appréhendait de plus en plus ce qui allait arriver. Était-ce la fin… ? Allait-il vraiment mourir dans un laboratoire pareil, en compagnie d’un homme tel que Naoya ? Se débattant par simple réflexe, le coréen ne se la ramenait plus vraiment maintenant que l’autre rapprochait dangereusement la seringue de son cou. En le sentant traverser sa peau, il laissa un faible soupir de douleur se faire entendre, bien qu’il ne soit d’ordinaire pas douillet. Fixant instinctivement le bracelet qu’il portait à son poignet et que Sungho lui avait offert il y avait quelques jours à peine, Sei Wong semblait attendre qu’il se passe quelque chose. Le produit était donc sans effet… ? Alors qu’il s’apprêtait à lui dire que ça ne marchait pas, le jeune coréen laissa un gémissement plaintif s’échapper de ses lèvres en aillant l’impression de brûler vif. Que contenait cette seringue ?! Se mettant à convulser sous le coup de la douleur, Sei Wong ne semblait plus très conscient alors qu’il était bel et bien réveiller. Que cela s’arrête était à présent la seule requête du coréen qui devenait invisible, puis visible à une vitesse impressionnante et ce à peu près toutes les trente secondes. Bien trop occupé par la douleur, Sei Wong ne fit bien entendu pas attention au japonais qui s’excusait non loin de lui avant de crier. Il fut seulement conscient de ne pas être seul quand ce dernier se mit à la frapper sans s’arrêter. Les coups semblaient ridicules à côté de la douleur que le coréen pouvait ressentir à cause du produit qu’il lui avait administré…Continuant d’avoir des mouvements brusques, il réussit à briser la corde qui liait ses mains dans son dos avant de se faire souffrance pour le repousser brusquement et loger son poing dans le visage du japonais malgré la douleur qui brûlait tout son être. Continuant à devenir invisible, puis visible à nouveau sans même sans rendre compte, Sei Wong tomba sur le sol et se mit à convulser plus violemment, se faisant mal à plusieurs reprises.

sei wong - « Je…De l’eau, donnes moi de l’eau par pitié ! Je brûle Naoya, aides moi ! »

Continuant à convulser en étant bel et bien conscient, son corps lui ne semblait plus vouloir lui répondre, trop occupé à le faire souffrir. Était-ce donc ça le sort que les scientifiques réservaient aux mutants… ? Était-ce ce genre de souffrances qu’ils leur faisaient subir ? Sei Wong essayait de comprendre l’utilité de ces pratiques barbares qui ne consistaient probablement qu’à torturer ces gens dont il faisait partie sans n’avoir jamais rien demandé. Pourquoi avait-il fallu qu’il soit exposé aux radiations. Pourquoi lui, et pas un autre ? Ces questions, le coréen se les étaient posées une centaine de fois…sans succès.

sei wong - « Je t’en supplie Naoya, fais quelque chose ! Je ne ferais de mal à personne, je n’en ai jamais fait je te le jure ! Tues-moi mais arrête la douleur, je ne peux plus supporter ça ! »

Sei Wong criait à s’en époumoner pour lui faire comprendre que la douleur était insupportable, qu’il n’avait rien mérité pour se faire torturer de la sorte. Les larmes coulaient sur ses joues sans même qu’il ne s’en rende compte et tous ses muscles se tendaient sous la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I caught ya, 'gonna play

Revenir en haut Aller en bas

I caught ya, 'gonna play

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Bit TV] ACTU GAME PLAY Bayonetta.
» [Bit TV] Scott Pilgrim Actu Game Play.
» [Evenement role play] La veillée des contes
» LOTRO devient Free to Play!
» How to play skaven?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• ㄨ KATHARSIS ㄨ • :: KATHARSIS ✗ :: SEOUL ✗ :: 
LE CENTRE DE CONTROLE
 :: Laboratoires
-