AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

One of a Kind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Yao Li Mei
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 20
Pouvoir : Maîtrise du temps
Pseudo : YMJ
Messages : 536
Date d'inscription : 18/04/2012

MessageSujet: One of a Kind Mar 25 Sep - 19:54

INTRODUCTION


    Chaque jour c’est la même chose. Où sont passées ces matinées à ne rien faire et à trainasser dans mon lit ? Où sont passées ces promenades en ville en parfait inconnu ? Où est passée cette période où je pouvais tomber amoureux tranquillement sans que ça n’ait d’impact sur mon image ? Je n’ai rien connu de tout ça, je n’ai fait que lire ça dans les livres et dans les magazines.

    La célébrité, il y a treize ans, j’en rêvais. Mais aujourd’hui je ne souhaite à personne d’être dans ma situation. Oui c’est vrai, on a un revenu correct. Oui c’est vrai, on a tous les vêtements et accessoires que l’on veut. Aussi, les filles tombent toutes à nos pieds, mais croyez moi, je donnerais n’importe quoi pour vivre une vie pour ainsi dire normale. Je m’amuse à regarder des dramas pour me faire une idée de ce à quoi ma vie aurait pu ressembler si je n’avais pas intégré la YG il y a maintenant douze ans.

    Je suis Kwon Ji Yong, mais le monde me connait plutôt sous le nom de G-Dragon. J'ai vingt-quatre ans depuis quelques temps et j'ai passé la moitié de ma vie à faire mon métier actuel. Je suis aimé, détesté, envié. Je suis artiste rappeur, chanteur et danseur dans un univers bien particulier qu'est la K-pop. Vous savez, cette industrie coréenne qui vous formate pour faire rêver le grand public et surtout pour se mettre de l'argent dans les poches. J'aime beaucoup les membres de mon groupe, les Bigbang, c'est un peu comme ma deuxième famille, et pourtant... Je vis ma passion chaque jour, mais ce rêve est devenu pour moi un véritable cauchemar, je ne demande qu’une seule chose, me réveiller et être une toute autre personne, ne serait-ce que le temps d’une journée. Si un génie m’entend, qu’il exauce mon vœux.



take a breath, please stop and rest and quickly follow me
Revenir en haut Aller en bas
Yao Li Mei
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 20
Pouvoir : Maîtrise du temps
Pseudo : YMJ
Messages : 536
Date d'inscription : 18/04/2012

MessageSujet: Re: One of a Kind Mar 25 Sep - 20:08

CHAPITRE UN

    En six ans de carrière, c’est bien la première fois que je suis dans un tel état d’esprit. J’ai eu bien souvent des coups de blues, et à plusieurs reprises je me suis remis en question. J’ai beaucoup douté sur ma motivation à être une star internationale et à chaque fois je trouvais une réponse à mes questions et finalement je finissais par accepter ma situation. Je sais que des milliers si ce ne sont des millions de personnes tueraient pour prendre ma place, mais je suis comme ça en ce moment : je veux tout quitter.

    Je suis attendu à l’agence dans deux petites heures et je ne suis toujours pas prêt. Je m’accroche aux draps de mon lit et Young Bae a beau me tenter de me faire sortir du lit, je ne suis pas du tout motivé. Je ne manque pas de sommeil, en douze ans j’ai fini par m’habituer aux horaires particuliers d’une vie d’idol, mais je ne veux pas aller à cette séance photo. J’aimerais dire non, mais mon meilleur ami ne semble pas comprendre ce qu’il se passe. Je n’ai jamais rien dit à personne, j’essaye constamment de garder mon sourire afin de faire plaisir à mon public. Tout se sait rapidement, et je dois beaucoup à ces personnes qui me soutiennent depuis le départ. Il y a des limites que je ne peux pas dépasser. Et si Young Bae n’a pas réussi à me tirer de la seule chose qui me raccroche à une vie à laquelle j’aspire, c’est boss, son petit chien qui lui n’a pas hésité à venir me lécher les pieds. Sincèrement, qui peut rester de marbre face à une attaque d’une puissance telle ?

    Dong Young Bae de son nom complet est également connu sous le pseudonyme : Taeyang. Pour faire court, c’est mon meilleur ami. Nous n’avions pas tant de points communs que ça au départ, nous étions même de parfaits opposés. Mais je crois que passer six ans ensemble en tant que trainee – les apprentis idols – nous a bien rapprochés et avec le temps on a fini par se rendre compte que l’un avec l’autre, on se complétait. A l’époque il était le genre de gars à toujours vouloir faire les quatre-cents coups et moi, j’étais plutôt du genre à me cacher derrière lui et à vouloir me faire discret. Les débuts du groupe m’ont fait prendre pas mal d’assurance, et ce statut de leader nous a automatiquement fait transférer nos personnalités, du moins lorsque l’on est face à notre public. Malgré tout, je n’arrive pas à me confier sur ce détail. Non pas que je ne lui fasse pas confiance, c’est juste que je n’arrive pas à extérioriser ça.

    Soit, je me laisse trainer hors de mon lit par Boss, le chien. Il n’a pas vraiment de force pour parvenir à ses fins, mais je trouve ça amusant de le laisser espérer d’y arriver. De toute manière, je n’arriverai pas à tenir tête plus longtemps à mon ami, il va finir par se poser tout un tas de questions, et je ne tiens pas à assister à un interrogatoire. J’y vais doucement. Tout d’abord affalé à plat ventre par-dessus mes draps, je me mets à quatre pattes avant de me mettre enfin assis sur mes genoux. Je regarde Bae, toujours aussi petit, et je ris à l’idée de le comparer constamment à un nain. Mais encore une fois, c’est le genre de chose qui reste dans ma tête.

    « Tiens, mets vite ce t-shirt, on a plein de choses à voir avant que je ne te laisse te préparer. »

    J’attrapai habilement le haut qu’il m’envoya. C’était toujours le même. Il avait la sale manie de le laver tous les soirs, un peu comme si envoyer ce t-shirt en particulier pouvait lui permettre de ne pas perdre ses repères. Je ne lui ai jamais demandé… Mais au moins il prend soin de moi. Nous ne vivons pas avec les trois autres membres du groupe, on s’en est toujours mieux sorti à deux et changer cette routine ne serait pas bon pour le groupe, j’en suis certain. Je me dirige sans tarder vers la salle de bain et mon premier réflexe est de regarder mon visage dans le miroir. Je ne m’admire plus, je me demande juste pourquoi je suis dans la peau de ce personnage, j’essaye de faire le point sur les événements de ma vie qui m’ont conduit jusqu’ici. Mais je ne voulais pas perdre mon temps, et puis Young Bae-Hyung ne semblait pas être d’humeur à patienter. Un petit coup d’eau sur le visage, et j’étais déjà en route pour la salle à manger.

    Après nous être occupé de tout un tas de paperasse concernant la sortie de mon nouvel album et de celui du groupe en préparation, je me suis habillé en vitesse tout en prenant soin de ne pas montrer que ma motivation n’est plus la même qu’auparavant. Une chemise blanche surmontée d’un pull léger noir le tout assorti à un pantalon et une veste de costume. Mes cheveux ne sont pas réellement coiffés, mais simplement peignés. C’est sobre mais classe. Je sais qu’en arrivant à l’agence je serai de toute manière pris en charge pour le maquillage, le coiffage et l’habillage alors me prendre la tête ne sert strictement à rien. Youngie se dévoua pour prendre le volant et nous voilà en route pour une journée encore une fois bien remplie.

    Tout le long du chemin j’ai admiré le paysage mais surtout toutes ces personnes tout à fait normales. Elles pensent ne rien avoir de spécial, qu’elles ne se démarquent pas, et pourtant je les admire presque tout autant que les fans m’admirent. Je les ai regardés marcher dans la rue tranquillement, un sac de course au bras pour certaines femmes bien trop pressées pour se plaindre du poids de leurs achats qui déboîte à vue d’œil leur épaule. Il y a aussi ces adolescents qui prennent leur temps avec leurs amis à prendre des photos avec leur téléphone mobile. Ou encore ces personnes encore plus admirables qui jouent devant un public qui n’est même pas présent pour gagner quelques pièces de temps à autres. Je les admire car je sais très bien que je ne suis pas si talentueux que ça, en fait, je suis surtout beau à voir et je fais mon petit effet à l’écran. Rien que pour ça, je gagne des sommes pharamineuses alors que ces pauvres personnes tentent tant bien que mal à imposer leur talent, à vouloir être reconnus mais leur physique ne leur permet pas d’intégrer le système, et c’est vraiment triste.

    Mon coeur s’emballe. Pourquoi me fais-je autant de soucis pour ces personnes ? Pourquoi est-ce que je ne me contente pas de la vie que j’ai actuellement, cette vie tant convoitée. Comme quoi, on n’a jamais ce que l’on veut. Et tout ça me fait mal. Non, je suis mal. Mais s’ils savaient, ils ne comprendrait pas, et alors, seul un miracle serait capable de faire en sorte que je sois exaucé.

    « Qu’est-ce que t’attends Ji Yong ? On est arrivés… »

    Je regarde mon ami, c’est vrai qu’au fond sans cette vie je ne l’aurais pas rencontré, et je ne le changerais pour rien au monde. Je ne peux m’empêcher de sourire, remerciant je ne sais trop quoi de m’avoir permis de le rencontrer, c’est quelque chose pour laquelle je ne peux avoir aucun regret.

    « J’arrive ! »

    Et comme chaque jour la journée se passa sans encombres. Un shooting photo qui a duré pendant des heures, mais tout de même une bonne partie de rigolade inévitable ; un entretien avec quelques fans qui ont eu « cette chance » de me rencontrer ; une conférence de presse suivie d’une interview. En bref, un emploi du temps bien chargé. Un emploi du temps banal quoi. L’idée de vouloir changer de vie m’était à peu près sortie de l’esprit durant toutes mes activités, mais ça ne tardait pas à venir m’embêter de nouveau une fois que mes pensées étaient libres.

    Je trainais dans les couloirs de l’agence en attendant que Young Bae soit prêt à repartir. Tout le monde voulait sortir, mais je n’avais vraiment pas la tête à ça et j’avais prétexté un mal de tête pour convaincre les autres de me laisser rentrer à l’appartement. Etrangement c’était passé comme une lettre à la poste. Il faut dire qu’avec le brouhaha que l’on subit constamment, il est difficile de ne pas être sujet à des maux de tête en fin de journée. Soit, j’errais, je ne savais pas trop où j’allais. Les danseurs me saluaient mais c’était comme si je ne les voyais pas. Et puis, une petite vieille s’approcha doucement de moi et me demanda si j’acceptais de prendre une photo avec elle. Je ne savais pas trop ce qu’elle faisait là, et je regardais autour de nous, personne ne semblait être après elle. Après tout, il était bien rare de voir une telle personne s’intéresser à moi alors j’acceptai en lui souriant. Je pris son appareil photo, avec l’expérience, j’ai fini par savoir comment bien cadrer une self camera. Elle me remercia chaleureusement et me proposa une petite pâtisserie qu’elle semblait avoir faite tout spécialement pour moi. J’aimais bien ce genre de petites attentions, c’étaient vraiment de tous petits détails qui étaient à même de réchauffer le cœur quand on est au plus bas.

    « Ji Yong ! On y va. Je sais pas ce que tu as aujourd’hui, on dirait que tu es constamment en train de rêver.

    - Oh rien, je suis juste un peu inquiété par deux trois trucs qui ne sont pas vraiment importants.
    »

    Je savais que dire ça allait lui mettre la puce à l’oreille, mais de toute manière il allait bien falloir qu’un de ces jours il se rende compte que quelque chose ne va pas et en tant que meilleur ami, je me serais confié à lui au final. Je croquai dans le petit gâteau qui m’avait été offert. Il était vraiment bon, et pourtant la saveur m’était totalement inconnue. J’ignorais totalement la façon dont ça avait été fait, mais je laissai couler. Je me pressai de rejoindre mon pote afin de rentrer, manger un bout, me doucher et aller dormir. Je n’avais vraiment pas la tête à faire quoi que ce soit de ma soirée.



take a breath, please stop and rest and quickly follow me
Revenir en haut Aller en bas
Yao Li Mei
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 20
Pouvoir : Maîtrise du temps
Pseudo : YMJ
Messages : 536
Date d'inscription : 18/04/2012

MessageSujet: Re: One of a Kind Mar 25 Sep - 20:18

CHAPITRE DEUX


    Mon réveil sonne. Je ne reconnais pas la sonnerie, ni l’odeur de mon lit, mais je suis tellement peu réveillé que ça ne me dérange pas plus que ça. Je me rappelle m’être endormi dans la voiture de Young Bae puis, plus rien. Je ne sais même pas comment j’ai atterri dans un lit d’ailleurs… J’imagine assez mal mon ami me porter jusque dans mon lit, ou alors il aurait tenté de me réveiller ou de me foutre des baffes.

    Soit, je suis dans mon lit, allongé, les yeux toujours fermés. Mon réveil a sonné depuis maintenant une bonne minute, mais je n’ose pas encore affronter la réalité. C’est toujours le même rituel. Tout ce que je souhaiterais là, c’est de faire une bonne grasse matinée en ce dimanche matin, juste avant d’aller entamer une balade dans les bois avec mes frères ou mes sœurs. J’aimerais faire comme tous ces enfants que j’aperçois au loin quand mon van m’emmène à l’agence. Mais ces choses n’appartiennent qu’au domaine du rêve. Le réveil sonne une deuxième fois et par dépit, je me force à ouvrir les paupières.

    Quelque chose me sembla bizarre, le plafond n’était pas tout à fait comme d’habitude. Il était légèrement plus bas et surtout plus crasseux. La lumière qui venait d’ordinaire d’en face de mon lit venait à présent de ma gauche. Je me posais tout un tas de questions sur ce qui avait bien pu se passer la veille, pendant que j’étais dans un état d’inconscience. Je tourne ma tête doucement, pour entrevoir la lumière du jour qui pénètre légèrement à travers les rideaux. Mais mon regard ne peut se focaliser sur cette lumière à vrai dire. A côté de moi se trouve un jeune homme. Un inconnu pour faire simple. Il me fit faire un bond en arrière tant j’étais surpris de cette découverte. Et c’est là que tout devint réellement frappant. Cette nouvelle sonnerie, cette odeur, ce plafond et cette lumière… Je ne suis pas dans ma chambre. Mais où suis-je ?

    Le cadavre à ma gauche se tourne vers moi et tente de passer une main autour de mon torse nu. Je me décale aussi tôt. Mais pour qui se prend-t-il ?

    « Hyung… Eteins le réveil… »

    Hyung ? Je crois que ce mec débloque totalement. Soit il rêve, soit il me prend pour quelqu’un d’autre. Mais pour être sincère, la réponse à cette question ne m’intéresse pas vraiment. Je me dépêche de sortir de mon lit. Young Bae n’est visiblement pas là pour m’envoyer un t-shirt, il fallait donc se débrouiller tout seul. Les affaires posées sur le fauteuil juste en face du lit feraient certainement l’affaire. Mon choix se porta sur un t-shirt tout blanc, ça conviendrait. Je regardai ce mec une dernière fois vers le lit. Il m’était vraiment inconnu, même en y réfléchissant bien, son visage ne me disait rien. Il continuait de me chercher dans le lit, visiblement il n’était pas vraiment réveillé.

    Je sortis de cette pièce avant de me mettre à faire une crise d’angoisse. Je ne supporte pas lorsqu’au réveil le lieu m’est totalement inconnu, et surtout quand il m’est impossible de me rappeler de quelle manière j’ai fini par me retrouver là. Je fermai la porte doucement derrière moi. Devant moi s’étendait un long corridor menant directement à des escaliers. Ca ne ressemblait pas à une maison normale, ni à un hôtel d’ailleurs. Ce genre d’endroit semblait assez nouveau pour moi. J’avançai vers l’autre côté tout en restant sur mes gardes, il y avait quatre autres pièces sur le chemin et n’importe qui pouvait surgir de là pour m’attaquer. Pour ne pas mentir, je n’étais pas vraiment rassuré d’être là et sans téléphone pour joindre Young Bae, ça n’arrangeait pas vraiment les choses. Lui au moins, il saurait me dire quoi faire.

    Je venais de descendre les escaliers, et s’offrit à moi la vue sur la pièce qui semblait être la salle principale. Elle était immense, presque aussi grande que la pièce à vivre de ma collocation avec Bae. C’était un tout petit peu plus lumineux et on pouvait directement se rendre dans la cuisine. Mais je remarquai qu’il y avait une jeune femme assise tranquillement à la grande table qui s’imposait dans l’espace du séjour. Grâce à la petite fumée qui dépassait de son épaule on pouvait deviner qu’elle était en train de boire un café ou un thé. Elle avait l’air pas mal occupé alors je me demandais si ça valait vraiment la peine de la déranger pour demander où nous étions. Mais je me voyais mal m’aventurer dans la rue tout seul à vrai dire... On ne dirait pas comme ça, mais le sens de l’orientation ce n’est pas mon domaine, et j’angoisse pour des trucs totalement futiles.

    Elle ne m’avait pas laissé le temps de prendre une décision. Sans même bouger d’un millimètre, sans même s’être retourné, elle me demanda :

    « Ji Yong ? C’est toi ? »

    Elle connaissait mon nom. Mais ça, c’est assez courant étant donné ma notoriété. Ce qui m’intriguait le plus c’est qu’elle ait pu deviner que c’était moi sans même me voir. Elle savait donc que j’avais passé la nuit ici. Combien de personnes étaient au courant ? Est-ce que si je m’aventure dehors je me retrouverai face à une nuée de journalistes prêts à me sauter dessus pour comprendre ce que moi-même je suis incapable de comprendre ? J’étais complètement perdu et j’abandonnais ma fierté pour aller me renseigner auprès d’elle. Je m’approchai doucement pour enfin prendre place sur le siège à sa droite. Je ne savais pas par où commencer. Et tandis que je réfléchissais à la façon dont je pouvais formuler mes phrases, elle me dit :

    « Tu devrais une bonne fois pour toute dire à Jae Sun que tu ne veux plus dormir avec lui. »

    Elle porta sa main à mon visage et essuya quelque chose qui devait sans doute se trouver sur ma joue. A cet instant je pu apercevoir son visage. Elle ne semblait pas être le genre de fille à se soucier de son apparence. Elle se cachait derrière des lunettes presque plus larges que son tout petit visage et ses cheveux n’étaient pas du tout coiffés. Elle ne portait pas de maquillage, ses ongles étaient rongés et ses lèvres gercées. En somme, une fille pas du tout soignée. Je ne savais pas trop quoi faire, j’étais presque dégoûté qu’une fille aussi repoussante ose toucher à mon visage. Je ne le laissais qu’entre les mains de mes maquilleuses et esthéticiennes, même mes amis n’y touchaient jamais. Mais j’étais paralysé par cet acte m’empêchant de réagir d’une quelconque façon. Puis aussitôt, tout en prenant soin de remonter ses lunettes, elle se replongea dans on livre en avalant un biscuit puis en prenant une gorgée de son thé encore brûlant. Je le devinais à la petite mimique de son visage et au geste de ses lèvres lorsqu’elle prit une gorgée. Seung Hyun – Hyung faisait la même chose.

    Je l’observais longuement. Elle ressemblait au genre de fille que l’on voit dans les dramas qui ressemblent à des rats de bibliothèques et qui finissent par se métamorphoser en jolie fleur. Mais là, j’avais du mal à l’imaginer comme étant une fleur splendide et épanouie. Elle avait plutôt l’air d’être le bourgeon qui fane avant même d’éclore. Mes yeux avaient assez souffert, je ne voyais même pas pourquoi je restais assise sur cette chaise à côté d’elle alors que Young Bae devait surement tenter de me retrouver.

    « Mais t’es qui ? Et… je suis où ? Pourquoi je suis là ? »

    Elle me regarda avec un air de « Tu te fous de ma gueule là ? », elle rit nerveusement et se replongea dans la lecture.

    « Tu as dû mal dormir. Tu devrais te rappeler de qui tu es dans quelques secondes, elle ne devrait pas tarder. »

    Elle ? Mais de qui elle parlait ? Je n’aimais vraiment pas la tournure que prenaient les choses. J’avais l’impression d’être dans Surprise sur Prise. Je lui lançai un regard méprisant car cette blague ne m’amusait pas du tout. Pour qui elle se prenait ? Je veux bien croire que j’ai fait souffrir un bon nombre de fans malgré moi de par mon inaccessibilité, mais je ne pense pas que la vengeance soit une bonne solution. Je voulais répliquer pour qu’elle sache à quel point je n’étais pas d’humeur à plaisanter mais un cri strident retentit dans toute la pièce. On aurait dit la sirène d’une ambulance ou d’un camion de pompier. En bref, c’était très bruyant. Je me retournai vers l’origine de ce bruit atroce et j’aperçu une jeune femme qui semblait être tout l’opposé de l’autre.

    Elle ne fit même pas attention à ma présence et s’empressa d’allumer la télé renversant presque son amie au passage. Enfin je dis amie, mais je crois que si j’avais été dans la peau d’une des deux, je n’aurais jamais voulu sympathiser avec l’autre. C’était une émission musicale, le genre d’émission où je devais passer. D’ailleurs je reconnus aussitôt les vêtements des MCs. C’était surement l’émission que j’avais enregistrée deux jours auparavant. La jeune fille se tourna vers moi en s’adressant à moi comme si nous étions proches.

    « Mon chou, tu devrais vraiment t’inspirer de Jin Oh. Lui au moins, il est vraiment classe. »

    Elle m’embrassa brièvement. Je perdis tous mes moyens. D’où les filles se permettaient de m’embrasser comme ça ? Elle aurait été ma petite amie, ça aurait changé la mise, mais ce n’était pas le cas à ce que je sache. Je regardai l’autre fille essayant de trouver dans son regard une explication. Elle roula simplement des yeux comme si ce baiser n’était qu’une simple routine. Puis je passai directement à autre chose lorsque le MC annonça le groupe Big Bang. Je me dit alors qu’elles allaient enfin me reconnaître, je l’espérais du moins. Et j’espérais surtout après cette performance obtenir les réponses à mes questions. Le groupe s’installa sur scène, je me souvenais parfaitement des moindres détails. Mon bras allait se diriger vers le ciel lorsque la lumière deviendrait plus intense. Je comptais les secondes dans ma tête, puis les cinq membres furent éclairés.

    Et là je compris que quelque chose clochait vraiment dans ma vie. Sur cette scène, sur cet écran. Il y avait bien Tae Yang, Seung Ri, T.O.P et Dae Sung. Mais la cinquième personne, ce n’était pas moi.



take a breath, please stop and rest and quickly follow me
Revenir en haut Aller en bas
Yao Li Mei
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 20
Pouvoir : Maîtrise du temps
Pseudo : YMJ
Messages : 536
Date d'inscription : 18/04/2012

MessageSujet: Re: One of a Kind Ven 12 Oct - 21:34

CHAPITRE TROIS

    Je reconnaissais parfaitement cette mélodie. Je l’écoutais d’une oreille bien attentive. Je l’avais entendue, écoutée et réécoutée un nombre incalculable de fois, je n’aurais pas pu me tromper si la moindre fausse note venait se glisser. Les live n’étaient pas toujours chantés en playback, mais la bande son était toujours enregistrée. L’excuse de l’erreur produite par un musicien n’aurait pas pu fonctionner dans le cas présent. Vint alors la voix de mon ami T.O.P ou de son vrai nom Choi Seung Hyun, le timbre était toujours exactement le même, et pour avoir chanté à ses côtés durant plus de six ans, je pouvais affirmer qu’il s’agissait bien de lui et qu’il n’était pas en playback justement. Mais c’était alors à cet instant que tout vint casser mes déductions. J’entendis pour la première fois la voix de l’homme qui se tenait sur scène à ma place. Sa voix n’avait rien à voir avec la mienne, en effet son timbre se rapprochait plutôt de celui de Seungie. Personne, ni dans le public, ni parmi mes collègues et encore moins parmi les personnes qui étaient présentes dans cette pièce avec moi, ne semblait perturbé par cette harmonie pour le moins étrange. Peut-être que c’était parce que j’étais jaloux de ne pas être sur scène, ou alors parce que mon oreille était habituée à entendre ma voix aux côtés de celle de T.O.P, mais pour moi, la voix de cet imposteur faisait vraiment tâche.

    La jeune fille qui m’avait embrassé précédemment était complètement hystérique devant l’écran de la télévision. Ce genre de « fan » me répugnait. Je tentai de lui récupérer la télécommande des mains et lorsque je parvins à le faire, j’éteignis sans attendre le poste. Je compris que l’autre jeune fille me remercia pour cet acte. Elle n’était visiblement pas du tout intéressée par ce que mon groupe faisait, après tout, on ne peut pas plaire à tout le monde. Mais l’hystérique ne se laissa pas faire et commença à me faire une scène pour que je remette son programme fétiche.

    « Rends-moi cette foutue télécommande ! Tu ferais mieux de garder tes bonnes habitudes et de rester assis dans le canapé à attendre sagement que je revienne m’intéresser à toi. Pour le moment, c’est mon quart d’heure Jin Oh. »

    Elle ne semblait pas savoir que son intérêt pour ma personne était le cadet de mes soucis. J’avais seulement l’intention de préserver mes oreilles d’une voix qui n’allait pas du tout avec l’ensemble de la chanson. Non, je n’avais pas du tout la prétention de chanter mieux que quiconque ce morceau, mais la voix n’était pas accordée, je ne serais revenu en aucun cas sur cette pensée. Je m’installai dans le canapé tout comme elle me l’avait demandé mais je gardai la télécommande que je calai sous mon fessier. A moins d’être une vraie obsédée, je ne pensais pas qu’elle aurait osé venir chercher l’objet tant convoité. Je raclai ma gorge pour qu’elle comprenne qu’à présent, c’était à moi de dire ce que je voulais.

    « Je vais essayer d’être clair et concis. Je ne sais pas qui vous êtes, ni vous, ni le gars qui partageait mon lit quand je me suis levé tout à l’heure. A vrai dire, je ne sais même pas comment je suis arrivé ici. Je ne sais pas ce qui se passe et si c’est une blague, haha, j’ai bien ri, maintenant Young Bae et les autres vous pouvez sortir. »

    Personne ne semblait avoir envie de rire, même pas le petit sourire nerveux qui trahit dans la plupart des situations. Les deux filles me regardaient d’un air ahuri se demandant surement ce que j’étais en train de raconter. Au moins, je n’étais pas le seul à être dans une situation de totale incompréhension. Mais ce qui m’embêtait c’est qu’elles ne faisaient même pas l’effort d’admettre que leurs identités m’étaient inconnues. Je ne savais pas ce qu’il se passait, peut-être que j‘étais dans le genre de rêve dont on ne sort que lorsque l’on a accompli une mission en particulier. D’accord, admettons cette hypothèse, mais dans ce cas là, si dans l’univers dans lequel j’étais à cet instant ces deux personnes me connaissaient, j’aurais aimé qu’elles m’aident un peu à comprendre.

    Des bruits de pas lourds se firent entendre dans les escaliers. Ca devait certainement être le garçon qui était à mes côtés à mon réveil. Comment est-ce qu’elle l’avait appelé ? Jae… Jae Sun il me semble. Peu importe, tout ce qui comptait c’est qu’il ne me saute pas dessus comme il avait tenté de le faire dans son sommeil. Plus personne n’ouvrit la bouche lorsqu’il arriva, moi le premier. J’avais mes raisons, et puis si je commençais à dire quelque chose, j’allais surement finir par régler mes comptes avec lui. Ne sachant rien de ce qu’il était, je préférais fermer ma bouche. Ce qui me plut moins, c’est que d’un air déçu, l’hystérique se rapprocha de moi. Elle devait vraiment croire que j’étais son petit ami ou quelque chose dans le genre pour oser ce genre de rapprochement. Elle aurait été européenne, j’aurais pu lui trouver des circonstances atténuantes, mais là, à part la raison que j’ai évoqué précédemment, je ne trouvais aucune explication. L’intello, elle, était toujours plongée dans sa lecture, un vrai mystère. Je sentis une main se glisser sous mon fessier et aussitôt je sentis que mes joues se teintaient d’un rouge tirant vers le rose. Je regardai la fille qui était assise à côté de moi et lui lançai :

    « Mais ça va pas, non ? Je sais pas ce qui se passe dans vos têtes à tous les trois mais vous êtes pas nets. »

    Le garçon qui venait de débarquer semblait ne rien comprendre à ce qu’il se passait. Je l’avais inclus dans mes propos alors qu’il venait tout juste de se lever, et autant dire que sur son visage, on voyait parfaitement qu’il n’était pas tout à fait avec nous. Il me regardait d’un air étonné. Je crois que je l’avais mal jugé, et que ce qui s’était passé un peu plus tôt, son subconscient en était le seul coupable. Il répondit tout de même d’un air amusé :

    « Ben alors Ji Yong, tu ne reconnais plus tes amis ? »

    Enfin une parole sensée. Ca pouvait paraître étrange d’un certain point de vue, mais il était le seul à m’avoir laissé la possibilité de dire que je ne les reconnaissais visiblement pas. Je leur avais déjà fait comprendre plus tôt, mais les filles étaient décidément bien trop têtues.

    « Non. J’ai tenté de leur expliquer, mais elles ne m’écoutent pas. Je me suis réveillé dans ton lit, et à partir de cet instant tout est devenu étrange pour moi. Vous semblez me connaître depuis toujours alors que moi je vous rencontre à peine. Vous êtes trois à être du même avis, je suis donc en théorie celui qui a tort, mais j’aimerais pour l’amour du ciel que vous fassiez comme si j’étais amnésique. Je sais pas, présentez-vous et dites moi ce qui nous lie, racontez-moi ma vie. »

    Je passais certainement pour un homme sorti tout droit de l’asile psychiatrique, je voulais bien le comprendre. Mais apparemment, je ne pouvais rien faire pour changer la situation et j’avais surement été emmené dans une réalité alternative. Je voulais bien faire l’effort d’être celui qu’ils me disaient être, à condition que je sois aidé. Un acteur ne peut jouer un rôle s’il n’a pas un minimum d’information sur le personnage, et bien là, c’était un peu le même genre de circonstances.

    Il fallut au moins vingt bonnes minutes pour que j’arrive à les persuader que j’étais vraiment incapable de dire leur nom et que ce n’était pas du bluff. Ils finirent par admettre la situation à leur tour et je sentis comme une déception dans le regard de l’hystérique. Je compris pourquoi qu’après avoir entendu leur récit sur ma vie.

    Le garçon s’appelait Kim Jae Sun. D’après son histoire, il avait le même âge que moi et c’était à notre arrivée au lycée que nous nous étions rencontrés. Il me raconta que, tout de suite, on avait compris que tous les deux on allait devenir les meilleurs amis du monde. Toutes les anecdotes qu’il racontait me touchèrent, j’arrivais même à m’imaginer dans la peau du Ji Yong qu’il décrivait. Jae Sun semblait être quelqu’un de vraiment sympathique mais très différent de Young Bae. Certes il était drôle, mais il était paresseux et incapable de dire ce qu’il voulait faire de sa vie. Il ne croyait pas du tout en Dieu et c’était un point très important concernant les différences avec mon vrai meilleur ami. Il faut dire que Young Bae avait une vie guidée par la religion et ça vous change un homme, croyez moi. Ce qui faisait aussi une différence de taille… c’était justement ça, la taille. Jae Sun mesurait plus d’un mètre quatre-vingt soit une différence d’au moins quinze centimètres. Ce n’étaient que de petits détails par-ci par-là, mais ça jouait énormément.

    Vint ensuite Seok Hee. Elle affirma que nous étions ensemble depuis seulement six mois mais que nous nous connaissions depuis quatre ans. Elle précisa que nous nous étions rencontrés lorsque Jae Sun et moi avions décidé de faire une collocation pour occuper tout l’espace de cette maison, qui était bien trop grande pour deux adolescents, il fallait l’admettre. Elle et Hye Mi - l’intello - avaient répondu à l’annonce presque aussitôt après la publication sur Internet. Elles étaient à l’époque à la recherche d’un logement afin de pouvoir terminer leurs années de lycéennes loin de leurs parents. Les deux jeunes filles étaient sœurs bien qu’elles furent totalement différentes. L’hystérique ajouta également que j’avais été longtemps très proche de Hye Mi avant de m’en désintéresser totalement. J’étais, paraît-il, tombé amoureux de Seok Hee et qu’il m’avait fallut au moins deux ans pour parvenir à la faire craquer. Je ne savais pas trop pourquoi, mais j’avais du mal à croire cette version des faits. Je voulais bien admettre que mon « moi » de cet univers était légèrement différent niveau caractère, mais il y avait des limites à ne pas dépasser, et à en croire la réaction de Hye Mi, je n’avais pas tort sur ce coup.

    Ces quelques détails me permettaient de comprendre les différents comportements de chacun. Quoique pour Hye Mi, je n’étais pas certain qu’on eut vraiment été proches comme Seok Hee l’avait précisé, et elle semblait tellement dans son monde que je n’avais pas osé lui demander si c’était vrai ou non. Après tout, j’allais être amené à vivre avec eux quasiment vingt-quatre heures sur vingt-quatre, j’allais bien finir par découvrir toutes les vérités. J’allais surtout devoir apprendre à ne pas être pris en charge par un manager et me rendre au boulot sans broncher. J’allais aussi bientôt faire la connaissance des deux autres colocataires dont je ne connaissais pour le moment que les noms : Yang Ki Seob et Moon Hae Byeol. Ils n’étaient là qu’une fois par semaine et payaient toujours le loyer en retard, en dehors de ces quelques informations, mes nouveaux « amis » m’en avaient pas dit plus.

    Je soupirai. C’était toute une nouvelle vie dont j’allais devoir prendre les commandes. Je devais réapprendre à être quelqu’un de normal. C’était surement comme ça que j’aurais terminé si j’avais raté mon audition à l’époque. Je ne devrais pas me plaindre, ça faisait des semaines que je rêvais d’avoir une vie banale loin de la lumière des projecteurs.



take a breath, please stop and rest and quickly follow me
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: One of a Kind

Revenir en haut Aller en bas

One of a Kind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Qui veut une Wii Limited One-of-a-kind ?
» Le phénomène Kind Raccoon !!
» Kind Racoon
» probleme graphique
» [VENDU] Intérieur NAOMI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• ㄨ KATHARSIS ㄨ • :: KATHARSIS ✗ :: DOUX JISUS, UN FLOOD ✗ :: 
LET'S FLY
 :: Fictions
-