AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Un cours assez particulier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Un cours assez particulier... Sam 21 Juil - 20:49

Citation :

UN COURS ASSEZ PARTICULIER...




SAITÔ Yachiru & GREY J. Nate.





| REALITY

Ah, les responsabilités, je dois donner un cours sur la Maîtrise Physique et Mentale à des mioches qui en ont rien à foutre. Je me dirigeais vers la salle de cours, je me tenais derrière le bureau, tout le monde était à sa place, sauf les sécheurs, dont Yachiru Saitô, celle dont j’entends pas mal parler dans les couloirs ou dans les intercours « Cette garce est encore venue dans mes rêves. », aujourd’hui je comptais faire un cours sur la réalité. King Julian, mon fidèle compagnon, faisait la sieste sur mon épaule. Je me positionnai derrière mon bureau, debout. Le silence se fit aussitôt. Ce qui est cool quand on est nonchalant, pas sévère, relax avec ses élèves tout en maintenant deux points de mesures, c’est qu’ils sont beaucoup plus enclins à vous respecter.

« Qu’est-ce que la réalité ? … … … C’est la question que nous aurions traitée ensemble si je n’avais pas mieux à faire. »

Je me retournais, et marquai au tableau « Qu'est-ce que la Réalité? Devoir à rendre à la fin de l'heure, deux pages minimum. » Le petit singe bondit de mon épaule sur le bureau, les yeux grands ouverts, ça me mettait toujours mal à l’aise quand il le faisait.

« Attention au premier élève qui se lève, il hurlera de toutes ses forces, et je serai dans le coin, et la personne désignée par Julian sera collée. Bon après-midi à tous. »

Je traversais le tableau, un élève se leva, et Julian hurla en montrant les crocs, puis le silence s’installa dans la salle. C’était une bonne chose de faite. Je traversais les couloirs en parlant seul.

« Aujourd’hui, j’ai un cours particulier à donner. »

Bon réfléchissons, si elle n’est pas à mon cours, c’est qu’elle sèche… J’ai dit réfléchissons, pas soyons évident, elle sèche pour dormir, je n’ai plus qu’à aller prendre mes cachets, et espérer à être le seul ici entrain de dormir à 15h dans l’école pour pouvoir me retrouver avec Yachiru, il est temps d’aider cette jeune fille qui est victime de son don depuis trop longtemps. Il va falloir que je fasse un rêve lucide, j’y arrivais de temps à autre mais là je devrais y arriver si je veux pouvoir l’aider.
Déterminé à l’aider je me dirigeais vers ma chambre en envoyant chier les élèves venant me poser des questions dans les couloirs.
Une fois dans ma chambre je cherchais dans mon tiroir mes tranquillisants, j’aime ne pas avoir à m’en servir mais mes problèmes de sommeils sont parfois… persistants.
Bref, je pris un comprimé complet, alors que d’habitude la moitié suffit à m’envoyer dans les bras de Morphée. Je me mis torse nu et je tentai de rejoindre mon lit mais je m’effondrai comme une merde sur le sol touchant le lit du bout des doigts.

| DREAMLAND

Il fait froid, je cours, hm… Comment suis-je arrivé dans cette forêt ?! Pas le temps d’y penser, je cours, mais pourquoi cours-je ? Suis-je poursuivis ?! Par quoi ? Je ne vois rien, il ne fait pas nuit mais il fait sombre, j’entends des grognements, j’ai peur, j’ai envie d’hurler mais je n’y arrive pas, seul un faible son sort de ma bouche, j’ai l’impression d’avoir déjà vécu ça. Je trébuchai et tombai violement au sol, je crois que je saigne de la tête. Je me mets sur les fesses et je recule aussi vite que je peux, les grognements se rapprochent, je n’arrive pas à voir ce monstre qui me fait si peur, pourtant je sais qu’il est en face de moi, je n’arrive pas à le regarder, mon regard ne peut se fixer sur lui, il se détourne à chaque tentative.
Je sens son souffle froid sur mon visage, il hurla et se jeta sur moi, au lieu de me retrouver allongé sur le sol, je le traversai, et j’atterris de je ne sais où sur une scène d’un amphithéâtre ravagé par le temps, il était en plein air, il faisait sombre, il n’y avait personne, les tribunes étaient faites de pierres blanches fissurées, recouvertes de plantes, la scène avait deux grands piliers blancs aux extrémités à l’avant entourés de ronces. Je ne sais pas pourquoi mais je trouvais tout cela reposant. J’étais bien mieux. Je pouvais regarder où bon me semblait, et ma voix semblait revenir petit à petit.

« Comment et pourquoi suis-je ici ? … Qu’est-ce qui s’est passé y a une heure ? C'est trop flou, rien ne colle ! Mais... Serais-je entrain de... »

Ce lieu, je le connais par coeur, je finis parfois ici après m'être fait poursuivit par cette étrange créature, parfois je me fais déchiqueter, d'autre fois je finis ici... C'est toujours comme ça avec ces tranquillisants, la poursuite, la mort ou ce lieu étrangement apaisant.
Je marquais un temps de silence, je m’arrêtais, et soudainement sans crier garde je me donnais un coup de poing des plus violents au visage.

« Grmpf… J’ai l’impression de souffrir, mon cerveau me dit que j’ai mal, mais je n’ai pas mal… J’ai senti mon poing mais je n’ai pas mal… Suis-je entrain de rêver ? »

J’ai réussi, j’ai rempli ma part du marché, je suis lucide, maintenant Yachiru… Rejoins moi, je veux juste t’aider, je ne veux pas te faire de mal crois-moi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un cours assez particulier... Dim 22 Juil - 20:16

    Elle avait ouvert les yeux, puis elle les avait refermés aussitôt, la lumière du matin venait de lui agresser les rétines et ça faisait mal. Le réveil était difficile, comme toujours, même si depuis quelques temps c’était avec hâte qu’elle ouvrait les yeux puisqu’elle savait que la prochaine fois qu’elle les refermerait ce serait le soir. Ils lui avaient promis des médicaments et ils les lui avaient donné, depuis les crises se faisaient moins nombreuses, moins fortes, juste beaucoup de somnolence. Enfin toute chose avait un prix, quand même. Bref. Yachiru sorti de son lit avec difficulté, il était tard et les cours avaient déjà du commencer depuis un bon bout de temps…Tant pis, encore une fois elle serait noté absente, mais c’était pas vraiment de sa faute, tant que la personne qui rêvait ne se réveillait pas, la jeune fille était bien incapable elle aussi d’ouvrir les yeux ! Et le rêveur qu’elle avait parasité cette nuit la était un bon dormeur…
    Elle avait aimé le rêve, un rêve pas trop compliqué, pas prise de tête, amusant même. Il se prenait pour un acteur de film policier sauf qu’il était plutôt pathétique….Elle avait joué le rôle de l’associée du meurtrier et s’était moqué du policier pendant tout le long du rêve. De ce fait, elle avait bien dormi, elle avait bien rigolé, elle s’était vraiment reposé. Et ça faisait du bien.
    Une douche pour se changer les idées et enfiler quelques vêtements trop large pour elle, Yachiru se dirigea ensuite vers sa prochaine salle de cours. Elle irait s’assoir au fond, comme d’habitude, fermerait les yeux et se laisserait bercer par les paroles du prof. Quoi que, elle avait cours de quoi déjà la ? Maintenant ? Ah oui avec le professeur étranger. Maitrise Physique et Mentale hein ? … Rien à faire. Elle n’avait pas envie, elle n’avait juste pas envie de s’enfermer dans une salle la maintenant. Et puis ce genre de cours ne l’avait jamais vraiment passionné. Elle préféra chercher un endroit où se planquer tranquillement, écouter de la musique, lire un bouquin jusqu’à ce que l’heure du repas arrive. Et c’est ce qu’elle fit. Calée dans une salle vide, les pieds sur le bureau du prof elle lança son baladeur à fond et sortit un vieux bouquin corné. Du Platon, Phèdre. Seulement voila, au bout de quelques pages, un passage la frappa particulièrement, rappelant des souvenirs qu’elle aurait préféré oublier. Sous le choque Yachiru lacha son livre et s’effondra sur le sol. Et un allez simple pour le pays des rêves, un !
    Il suffisait d’une émotion trop forte, d’un sentiment de surprise et elle s’endormait automatiquement. Les médicaments pouvaient pas grand-chose là-dessus, et Yachiru se maudissait la plus part du temps d’être trop émotive. Mais c’était comme ça, elle y pouvait pas grand-chose non plus. Enfin passons.

    C’était une forêt, une grande forêt. Yachiru se concentra doucement et se retrouva vêtue d’un treillis militaire et d’un t-shirt de la même couleur. Rêve ? Réalité ? Qui sait…Peut être était –elle victime d’une illusion…Enfin. Les cheveux attachés et prête à crapahuter dans la verdure, la jeune japonaise se mit en marche. Il fallait qu’elle comprenne ce qu’elle faisait là, à qui appartenait ce rêve et puis pourquoi une forêt ? Parfois elle sentait en elle un élan de volonté psychanalyste. Freud aurait adoré se trouver à sa place…Et alors qu’elle chassait les branches de son passage elle entendit un hurlement. Oh ! Amusant ! Ni une ni deux, elle se mit à courir en direction du bruit et pendant qu’elle soufflait le paysage changea de forme. Projeté à terre elle rouvrit les yeux avec difficulté pour se retrouver dans un ancien amphithéâtre abandonné. C’était magnifique. Le souffle coupé par la surprise Yachiru se releva en tremblant. La course l’avait fatigué et le choc du changement de décors l’avait vraiment surprise. Pourquoi un endroit comme lui ? Et mieux, pourquoi un rêveur comme lui ! Il était un peu plus loin, encore allongé. Ni une ni deux, la jeune fille s’envola pour se cacher derrière des pierres. ZUT ! Elle qui pensait sécher ses cours se retrouvait maintenant dans le rêve de son prof… C’était glauque…. Franchement, qu’est-ce qu’il faisait à dormir à un moment pareil ? Hein ? C’était pas vraiment professionnel de sa part… Enfin. Elle se déplaça de quelques pas pour mieux pouvoir l’observer et elle retint un éclat de rire quand elle le vit se frapper lui-même. Il était bête ou quoi hein ? Il se demandait si il rêvait ou pas…Tout simplement parce qu’il ne ressentait pas la douleur ? Quel idiot… La douleur existait bien dans les rêves, enfin…Pas la douleur physique, vrai, il avait raison mais la douleur existait… Elle le savait parfaitement.

    Deux petits sauts et elle se retrouvait au dessus de lui à rire doucement. Il allait être surpris de voir son élève voler comme ça, surtout que bah…Son pouvoir c’était pas voler ! Mais dans les rêves tout était permis, elle l’avait bien compris maintenant…

    « Vous vous posez cette question et après vous osez vous appeler Professeur ? Surtout de maitrise mentale…. Pff… »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un cours assez particulier... Mer 25 Juil - 6:37

    Elle était là, elle volait en riant. Ici, elle est reine. Vu le ton qu’elle emploie, la tâche ne sera pas aisée. Je ne sais pas vraiment comment m’y prendre à vrai dire. J’avais envie de l’ignorer, et de la faire douter de sa présence, et son existence, avec mon don c’était chose facile, je passe au travers de tout, et au bon moment, faire comme si elle venait de se réveiller, ou je ne sais, j’avais plein d’idées qui me traversaient l’esprit, des bonnes comme des complètements stupides, oui… Je me vois mal lui chanter la Cucaracha avec un poncho et des maracas… On se demande comment j’ai bien pu faire pour me retrouver prof… La pensée, ma pensée, me pourrit la vie, ce vélo qui ne cesse de pédaler, j’ai tellement envie qu’il s’arrête, mais non, c’est éreintant, mais je ne suis pas là pour mes pauvres soucis sans solution.
    Je pris enfin ma décision, je vais improviser, et on verra bien où cela nous mène, après tout ce n’est que le premier essai. Donc improviser hein, eh bien suivons mon instinct.

    « Parce que tu sais distinguer, avec une facilité déconcertante, le rêve de la réalité. Je pensais que cette capacité te faisait défaut et te pourrissait la vie au plus haut point... »

    Je ne lui souriais pas, je ne lui aboyais pas dessus, j’étais calme et tranquille, prenant le temps d'articuler, j’étais… fidèle à moi-même à mi-chemin entre la nonchalance et… Moi ? Pff, laissons tomber, me décrire me prendrait un temps fou. Et voilà que le vélo pédale encore et encore. Je lui avais sorti ça d’une traite, mais je sais que les mômes n’ont pas leur langue dans la poche et se sentent ô combien supérieur aux adultes, mais bordel je ne suis pas si vieux, et puis j’étais le meilleur de ma génération –quiquidisaitqu’iln’étaitpasvieux?- niveau provocation et insolence, toujours le mot qui faisait péter un câble aux profs. Dire que j’en suis un aujourd’hui… Bah merde. Je soupirai, je venais de réaliser que je me suis montré agressif, je n'allais briser tout mon travail comme un con... Je me frottais les yeux d'une main.

    « Excuse moi si je t'ai paru agressif, la petite poursuite de tout à l'heure m'a, comme qui dirait... vraiment contrarié, tu n'y es pour rien... Bref... Je suis désolé, oublie ce que je viens de te dire... Ce que je viens de faire était un test de réalité, tu sais, le coup de poing, il en existe de toute sorte, des plus efficaces comme des foireux. Très utile pour prendre conscience du fait que l'on rêve. »

    Je regardais autour de moi, ce théâtre magnifique, cet endroit hors du temps. Je ne sais pas pourquoi mais je suis sûr d’être déjà venu ici, mais je n’arrive pas à me souvenir. C’est… Obsédant. Peut-être est-ce un lieu où j’ai trouvé refuge lors de ma traversée de l’Asie. Aucune idée.

    « C’est beau non ? Je suis sûr d’avoir un lien avec cet endroit… J’y viens presque tous les soirs. Tu as l’air de le trouver à ton goût, non ? Il a je ne sais quoi d’apaisant et de rassurant. Tu peux y venir quand tu veux, je ne suis pas égoïste. »

    Je marquais un moment de pause, peut-être qu’elle en avait rien à foutre de ce que je lui proposais, à vrai dire je ne me suis pas encore montré vraiment explicite.

    « Sais-tu pourquoi il est si compliqué de faire la différence entre le rêve et la réalité Yachiru ? Les impulsions neurochimiques qui se dégagent quand on rêve, ou fantasme, ou hallucine, sont indistinguables de celles qui se bousculent quand on vit vraiment ces évènements. Donc… Si ce qu’on perçoit est souvent faux, comment peut-on discerner le vrai du faux ? »

    Pouah même moi je me demande si j’ai pigé tout ce que je venais de dire. A vrai dire je n’ai pas de réponse concrète, ça relève plus de la neuroscience tout ça. Mais je peux lui apprendre à distinguer le rêve de la réalité.

    « Tu l'auras compris, si nous sommes réunis ici, ce n'est pas par hasard. Je peux t’aider que ce soit ici ou dans la réalité. Tu peux me faire confiance.»

    Je ne dis pas que ce sera facile, je ne dis pas que ça se fera en un clin d’œil, mais mon instinct me dit que c’est l’une des sources de tes problèmes. Je suis insensible à tes moqueries, atonies, rires, et même si je doute fort que tu l’admettras aussi facilement, je ne compte pas baisser les bras, après tout c'est mon boulot...
    Sur mes gardes, je me prépare à l’éventualité que tu puisses me malmener pour montrer que tu n’as pas besoin d’aide mais que moi si, pour montrer ta supériorité, peut-être est-ce pour ça que tu volais à quelque mètre au-dessus de moi, me forçant à lever la tête pour te parler. Tu peux te penser ô combien supérieur dans ce monde, mais je pense qu’au fond de toi tu sais que tu en es, en quelque sorte, prisonnière. Ou alors j'ai tout faux, et je suis trop méfiant, tu as la présomption d'innocence ma chère. Je te souris tendrement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un cours assez particulier...

Revenir en haut Aller en bas

Un cours assez particulier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cours particuliers de japonais et/ou anglais
» Un skin assez particulier pour Crâ F
» Cours particulier de Miarouteur
» Demande d'autorisation de suivre les cours
» Cours sur le RP Théorique , synthèse de notre monde .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• ㄨ KATHARSIS ㄨ • :: KATHARSIS ✗ :: RP finis-