AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Sad Memories • Jaekwang & Daehyun.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Im DaeHyun
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 22 ans
Pouvoir : Synthèse de produits chimiques ( Explosifs, gaz non-mortels et gaz mortels )
Pseudo : Zillah
Messages : 466
Date d'inscription : 05/04/2012
Double Compte : Park Aiji.

MessageSujet: Sad Memories • Jaekwang & Daehyun. Ven 27 Avr - 1:08

Citation :

Sad Memories.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Park Jaekwang & Im Daehyun.

Avril 2049.




❝ .


Dernière édition par Im DaeHyun le Lun 21 Mai - 18:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Im DaeHyun
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 22 ans
Pouvoir : Synthèse de produits chimiques ( Explosifs, gaz non-mortels et gaz mortels )
Pseudo : Zillah
Messages : 466
Date d'inscription : 05/04/2012
Double Compte : Park Aiji.

MessageSujet: Re: Sad Memories • Jaekwang & Daehyun. Ven 27 Avr - 1:10



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Un tremblement violent parcouru mon bras. L'entraînement avait été intense, long, difficile. Je sentais encore les coups résonner dans mon crâne, dans mon corps. Je commençais à rouiller, je n'étais pas sortie en mission depuis longtemps : rien ne nécessitait ma présence, et j'étais plus serviable au sein du clan à faire travailler les autres membres de l'équipe de polyvalence. Ces jeunes étaient sans réel intérêt, pour la plupart. Mous, sans haine. Vides de toute substance, de toute hargne. Aucunement des adversaires intéressants.

C'était ceci, le plus difficile à vivre. Malgré le Brawl, dans lequel je passais beaucoup de temps, et les entraînements, tous les duels, rien n'avait vraiment d'attrait à mes yeux. Je n'avais pas eu face à moi un adversaire digne de ce nom depuis bien trop longtemps, et mes poings me démangeaient violemment alors que je sentais ce surplus de pouvoir dans mes veines, les brûler, me faisant succomber petit à petit à une sorte de rage léthargique.

Parcourant les couloirs rapidement, je faisais claquer mes mains le long de mes cuisses en rythme, tentant de canaliser un trop plein d'énergie qui allait me consumer. A cette heure-ci, Jaehwan ne serait certainement pas dans notre chambre, il était donc inutile d'y aller, je n'avais aucunement envie de dormir, la faim me tiraillait et tourner en rond m'énerverait plus que quoi que ce soit d'autre. Agacé, je retirai violemment la veste noire qui composait ma tenue, dévoilant au passage mes tatouages et un grand nombre de cicatrice sur mes bras. Sans attendre, je l'accrochai à ma ceinture par les manches et m'étirai souplement, laissant échapper un grognement de contentement. Mes muscles se dénouaient doucement, laissant une impression de bien-être assez agréable, malgré le fait que mes cicatrices me tirent encore.
Celles de mon dos recommençaient à me faire mal depuis quelque temps et parfois, chaque mouvement faisait apparaître une douleur atroce qui durait plusieurs heures. Ce n'était pas le cas ce jour, mais je sentais revenir une crise à travers mes étirement. Soufflant, je me dirigeai vers les laboratoires. J'avais été prévenu le matin que je devrai passer faire une batterie de tests, et malgré ce que cela signifiait, il m'était inutile de tenter de contourner ces ordres. A choisir entre la douleur et l'enfermement, je préférais souffrir 100 ans. Frémissant à l'idée de mon ancienne cellule bien trop sombre et vide, je me permis une grimace de dégoût. Un jour ils paieraient. Mais pas tout de suite : j'avais trop à perdre. Comme ma vie.

Traînant des pieds le long des couloirs, j'imaginais ce que j'allais devoir subir. La fois précédente, j'avais été attaché, drogué, et ils m'avaient aveuglé avec un tissu sale et malodorant. La drogue, elle, ne devait pas m'empêcher de ressentir la douleur, oh non. Ce serait comme leur enlever un moyen de pression. Elle était seulement là pour embrumer mon esprit, que je ne puisse pas les attaquer comme je le voulais. Ils le sentaient, lorsque j'allais utiliser mes pouvoirs, sous l'effet de la drogue. Plus lent, plus douloureux. Et alors ils prenaient leurs distances, pauvres petites choses apeurées.

Mais le plus dégradant fut la muselière. Oui, cette chose immonde en cuire qu'ils m'attachèrent autour du visage, bloquant ma mâchoire, écrasant mon nez douloureusement. Je me rappelais encore des bords de l'infâme accessoire s'ancrer dans ma peau alors que j'essayais vainement de hurler. La douleur était trop forte. Les produits qu'ils m'injectaient étaient comme des poisons, enflammant mes artères, mes veines, donnant l'impression que mon cœur allait imploser. Ma température avait bien trop augmenté, mais ils n'avaient rien fait : je devais endurer ça. La présence d'aiguilles autour de moi et le fait d'être attaché m'avait rendu plus que nerveux, la douleur n'avait fait qu'empirer les choses.

Ils aimaient ça, nous faire mal, nous entendre hurler pour le bien de leur science. Et je comptais bien me délecter de leurs cris aussi, les un après les autres. Des cris nés de ce pouvoir qu'ils avaient forgé. L'élève surpasserait l'élève en matière de torture.

Alors que j'arrivais devant le laboratoire, je laissai tomber mon corps contre la porte, soupirant d'avance. Et c'est à cet instant que je le vis. Jaemachin. Jaekong ? Jaekyung ? Jaetruc, en bref. Un ancien membre de l'équipe polyvalente, avant que je n'en prenne la tête. Il était souvent dans les parages. Incapable de se battre réellement, incapable de la moindre marque de caractère. Un gosse sans intérêt. Un gosse sans intérêt qui était depuis quelques temps résidant dans cette école d'idiots idéalistes du Japon. Une école pour protéger des mutants et les former ? Foutaise. C'était une méthode plus douce, voire encore plus vicieuse de les asservir. Je préférais de loin ma liberté à leur cage dorée.

Sans attendre un mouvement de sa part, je sortis les deux poignards qui attendaient sagement à ma ceinture, serrant mes poings autour. Un peu de sang chaud ne leur ferait pas de mal.




❝ .
Revenir en haut Aller en bas
Captain
AEGIS ▼ NIVEAU I
avatar
Pouvoir : Being awkward
Pseudo : :)
Messages : 523
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: Sad Memories • Jaekwang & Daehyun. Ven 27 Avr - 14:35


Sad memories
Jaekwang & Daehyun


Les courbes de cette encre sechée, ce message à travers posté, cette révelation déclarée. Dans cette pièce à la lumière tamisée, un sentiment de colère résonnait. Il le sentait; venant de ses veines, de sa chair, ce surplus de haine qui l'emportait. Sa main droite froissa avec tremblements le parchemin de vérité. Jaekwang lisait le même passage plusieurs fois. Enflammée, endiablée, effrayante, sa rancune brulait. Il jeta le dossier contre le mur d'en face, avant de shooter dans la corbeille qui était posée là, frappant de sa main gauche le bureau en acier. La haine ne nourrit que la vengeance. Peut-être était-il trop curieux, peut-être il aurait été mieux qu'il n'en sache rien; le mal était fait.

Il était là, dans cette pièce sombre à peine éclairée par une lampe grésillante, à réfléchir sur son passé, sa douleur et cet homme. Jaekwang se laissa glisser le long du mur glacé, qu'il martela de son poing une fois tombé. Si son esprit était à ce moment, aveuglé par la haine, une partie de lui hésitait encore. Et si ce n'était pas vrai ? Et si ce n'était que des mensonges ? Pourquoi avait-il été tenté de lire ce dossier qui ne le concernait pas ? Les dossiers de l'école sur les Katharsis encore emprisonnés ne contenait que d'informations de façade, mais celui-ci était plus complet, plus détaillé. Alors qu'il n'était qu'en corvée de ménage, Jaekwang céda à sa curiosité et avait plongé son nez dans cette lecture intensive du cas de son ancien compagnon qu'il admirait tant : Im Daehyun. Toujours avec une aura de puissance et d'intimidation, Jaekwang voulait tellement lui ressembler, lors de ses années dans le camp des prisonniers. Années qu'il aurait bien aimer oublier. Faible, inutile, victimisé et proie facile de pompage de virus, Jaekwang ne préfère pas parler de ses années où il aurait bien voulu mourir. Mais cet homme, qui n'avait qu'un an de plus que lui, ne laissait rien transparaître. Il avait beau ignorer royalement Jae, cela ne l'empêchait pas de montrer qu'il avait la situation en main. Un comportement que Jae aurait bien voulu avoir. Etre calme, fort, mature. Est-ce que ça pouvait lui arriver dans le temps ? Lui qui ne bouffait que poussière et qui n'arrivait même pas à utiliser son pouvoir sans flancher. Un veritable boulet. Voilà.

Maintenant qu'il était Aegis, Jaekwang était devenu bien meilleur qu'avant. Il aurait aimé le revoir, cet homme qu'il prennait pour modèle et lui prouver qu'il existait. Mais, il ne pensait pas que cette envie d'abord purement de fierté, se transformait en sentiment de haine et de colère intense.

Deux papas. De ce qu'il peut se souvenir, il avait deux papas géniaux. Oui, ce n'était pas conventionnel, qu'importe, il s'en fichait. Mais surtout, deux papas qui se sont fait assassiner devant lui. Ce traumatisme qui date de son enfance mais à l'origine de ses peurs de solitude, il l'avait bien placé au fond de son esprit. Mais en apprenant que Daehyun était l'assassin, Jaekwang commençait à être pris d'une folie intense. Le bureau était saccagé. Sans qu'il ne fasse vraiment attention, son esprit modula de la matrice par rapport à ses pensées et détruisa le dossier tabou.

Toujours assis contre ce mur si froid, il cherchait des explications. Ses pensées avaient beau défiler, une en particulier frappait dans son crâne comme une balle de ping pong enfermée dans une boite. Il s'était décidé; il allait partir le voir. Et lui demander des explications.

* * *

Même si le jour avait laissé la nuit prendre place dans sa robe de catin aux motifs étoilées, Jaekwang était bien décidé à le rencontrer, coûte que coûte. Sûrement fou à entrer en territoire ennemi seul, il hacka une installation électrique dans la cour afin de s'introduire dans la base des Katharsis sans mal. Laissant trainer son Kirby afin de lui donner une protection adéquate, il roula sur ses rollers en matrice dans le batîment. Batîment si familier, aux souvenirs morbides. La texture de ces murs si rudes, le plafond bas de ce couloir... Le labo des tortures. Cette aiguille qui transperçait son bras, son sang drainé, sa conscience qui faiblissait... Tant de souvenirs et de regrets douloureux.

Il entra dans cette pièce qu'il redoutait, à pas lents. Il abandonna ses rollers et son Kirby se contentait de refermer la porte derrière lui. Une muselière trainait, que Jaekwang explosa avec son Stitch par pur réflèxe. Cet objet de souffrance, non, il ne pouvait plus la voir. Il se posta à un ordinateur, regarda aux alentours et se mit en mode lecture d'informations en laissant sa main au dessus de la machine. Jaekwang devait être rapide; il était sans défense. Ses yeux s'illuminèrent d'un vert emeraude. Il chercha en priorité des informations sur Daehyun, avant de finalement trouver que tout ce qui était écrit à l'école était bien vrai.

Un bruit sourd se fit entendre, surprenant Jaekwang qui quitta immédiatement son hackage. Il se retourna.


L'assassin de ses parents était là, devant lui. Seuls à seuls dans cette pièce. Sa main droite ne tenait plus en place. Son Kirby avait disparu. Et il frappa dans le vide.

CREVE CONNARD !!

Il n'avait pas réfléchi. C'était comme un reflexe, son bras était parti tout seul. Accompagné d'un poing géant d'un mètre en matrice qui avait beaucoup plus de portée et qui fonçait droit sur Daehyun. Malheureusement un peu trop court.

TU TE REND COMPTE DE CE QUE TU AS FAIT ?! CREVE CREVE CREVE !!

Jaekwang lança cette fois-ci son autre bras, avec une matrice encore plus forte et toucha Daehyun ce coup-ci. Ses yeux se mirent à émaner d'une lueur verte. Son bras commençait à se pixeliser. Une brulure qui lui saignait l'avant bras. Qu'importe, il ne sentait pas la douleur. Là, maintenant, il était rongé par la colère. Être silencieux en infiltration ? Il a oublié. Tout ce qu'il voulait, là, maintenant, c'était tuer ce connard qui osait se tenir devant lui. Il repensa aux corps déchiquetés par les explosions de ses pères. De leurs cris d'horreur, de leur sang qui était venu se poser sur son visage. De leur derniers regards, de leurs derniers mots. Fuit ! Fuit ! qu'ils disaient. Non, il été qu'un sale peureux toute sa foutue vie. Maintenant, il allait se battre. Une larme verte coula sur sa joue. Il était enragé.

Revanche ou vengeance ? Chez nous, on appelle cela folie.
Revenir en haut Aller en bas
Im DaeHyun
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 22 ans
Pouvoir : Synthèse de produits chimiques ( Explosifs, gaz non-mortels et gaz mortels )
Pseudo : Zillah
Messages : 466
Date d'inscription : 05/04/2012
Double Compte : Park Aiji.

MessageSujet: Re: Sad Memories • Jaekwang & Daehyun. Ven 27 Avr - 15:35

Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour me repérer, ni pour envoyer un premier coup qui me frôla. Le petit avait fait des progrès depuis qu'il avait quitté le clan deux ans auparavant, mais il n'étais pas le seul. Il hurlait des paroles sans sens, sans intérêt, envoyant à nouveau son coup qui cette fois m'atteignit à l'épaule, me repoussant contre le mur. Je sentis la douleur monter alors qu'il laissait échapper une larme verdâtre. Substance immonde, dégradante. Les larmes n'étaient que faiblesse, erreur, et je me permis un rictus en réponse à ses agressions. S'il voulait jouer, nous allions jouer.

Je n'avais aucune idée de quoi il parlait, mais cela importait peu. J'avais une soif de combat, de douleur, de sa douleur, plus forte que ma propre raison, et notre environnement ne m'incitait qu'à porter plus de haine à mon adversaire. Le siège au tissu rappé par les passages répétés des autres mutants, les aiguilles disposées dans un conteneur en inox, les sangles en cuir percées qui m'attacheraient à nouveau dans quelques temps, et tous leurs produits, rangés dans des armoires de verre, tout autour de nous. Ces flasques étiquetées aux noms de puissants calmants, ces éprouvettes pleines de sang portant nos numéros. Je voyais la rangée qui constituait les miennes ici, je savais où elle se trouvai t : après chacun de mes passages on en ajoutait une, comme un souvenir. N'était-ce pas ironique ? Mon sang provoquait ma propre haine. Ce sang précieux qu'ils pouvaient voler comme bon leur semblait.

Relevant violemment le visage vers lui je pris appuie contre le mur et me projetai, laissant ma lame droite caresser la peau tendre et pâle de son cou. Il avait gagné en puissance, j'avais gagné en compétences aussi. Et la haine semblait l'aveugler, rage intense emportant tout sur son passage : elle lui apportait force et hargne, mais lui faisait perdre toute maîtrise. Je vis le sang couler le long de son bras et l'attrapai d'une main ferme, serrant la plaie violemment, le faisant reculer vers le mur du fond en même temps.

L'odeur du sang me montait à la tête. Tant de souvenirs sanglants, tant de combats, tant de victoires, que j'en étais venu à apprécier de faire couler la moindre goutte de plasma, hautain, sanguinaire, trop sûr de moi. Je ne me rendais pas compte de l'aveuglement que peut procurer le sentiment du supériorité, mais je ne laissais que rarement le temps à mes adversaires d'en profiter. Mes moments de faiblesse étaient rares, ou bien je les connaissais. L'inconvénient de mon pouvoir était que la moindre synthèse me prenait du temps, un temps qui me laissait figé. Mais faire exploser autour du jeune aegis des petites fioles de liquides divers ne me demanda pas trop de temps de concentration, et ma lame figée contre son aorte était une pression suffisante. Je voulais du spectable, du fort, de l'explosif.
Je laissai traîner mes yeux sur son visage, puis lentement sur les produits qui se répandaient petit à petit au sol, et appuyai un peu plus la pointe de mon arme contre sa peau, y faisant perler une goute rougeâtre qui glissa le long.

« Oops. Oh, tant pis pour les fioles, je crois que le sang de ton corps au complet suffira à les rembourser. Et après tout, je n'ai fais que combattre un infiltré. »

Prenant appui sur lui, je me repoussai en arrière et fermai la porte à clé, lui lançant que je ne comptais pas être dérangé. Je commençais à peine à m'amuser. Soupirant, j'attrapai une chaise et me laissai tomber dessus. Son regard. Oui, son regard avait piqué ma curiosité. Il avait changé. Le faiblard ancien katharsis était devenu plus fort, plus réceptif à la haine, plus mature. Laissant échapper un petit rire, je levai la main vers lui, faisant signe de prendre garde à ce qu'il ferait, et m'affalai avant de l'interroger.

« C'est pas que te tuer me dérange, au contraire, mais à se battre, j'aimerai comprendre. Tu as changé Jae... Jaejesaispluquoi. Ton regard à changé. Plus fort, plus vivant. Et je dois dire que ça me laisse perplexe. Es-tu toujours le petit agneau que j'ai connu ou vas-tu être un adversaire digne de ce nom ? De moi ? »

Je laissai ma tête ballotter sur mes épaules, le regardant par en dessous. Je faisais tourner mes lames entre mes doigts, les laissant glisser petit à petit pour les rattraper un extremis, quand je sentis monter en moi cette joie. Oh oui, il allait s'énerver. Et plus il deviendrait fou de rage, plus ce serait exaltant.




❝ .
Revenir en haut Aller en bas
Captain
AEGIS ▼ NIVEAU I
avatar
Pouvoir : Being awkward
Pseudo : :)
Messages : 523
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: Sad Memories • Jaekwang & Daehyun. Ven 27 Avr - 18:16


Sad memories
Jaekwang & Daehyun


Ah, il l'avait touché ! Il l'a eu ! Jaekwang afficha un rictus de satisfaction. Le voir voltiger contre le mur et souffrir comme un moins que rien. Crève bordel, meurs, disparais ! La lueur verte de la matrice éclatante de Jaekwang commençait à grésiller. Un surplus d'électicité en sortait, la colère lui décuplait ses forces. Et lui faisait saigner le bras encore plus. L'on voyait ses veines coaguler sous l'emprise de son propre pouvoir qu'il arrive habituellement à maitriser. Mais là, ce n'était plus le même Jaekwang. Le boulet gentil et souriant ? Non, là, se tenait qu'une bête à la soif de vengeance qui n'avait qu'un but, buter le connard qui se tenait devant lui. Son oreille gauche se mit à siffler. Il serra les dents. Maintenant, il la sentait cette douleur, cettre brulure sur le bras. Mais qu'importe, voir l'autre se rétamer contre le mur le valait.

Il baissa sa garde un instant. Erreur. Voilà que son ennemi se releva, lui laissant sentir la lame froide cachée dans ses poignets près de son aorte. Et surtout, cette force qui lui pressaitsa blessure, insoutenable. Il eut du mal à montrer qu'il pouvait passer outre la douleur, essayant de grimacer et de se faire le plus silencieux possible. Face à face avec ce "rival", ou plutot cet assassin, il se retena bien de lui cracher au visage. Surement car il l'avait autrefois respecté, il se contenta de lui jeter un regard perçant plein de haine.

Sentir le froid de la Faucheuse sur son cou calma Jaekwang. La mort, un monde étrange qu'il n'était pas prêt de rejoindre tout de suite. Et surtout pas offerte par ce connard qui se tenait devant lui. Il ne sous estimait pas Daehyun - au contraire, il le surestimait - donc il savait pertinemment que toute faute lui serait fatal. C'est seulement à ce moment là qu'il se mit à se dire qu'il venait de se lancer dans une infiltration suicide. Surement encore inferieur à ce modèle qui n'est qu'à quelques centimetres de lui qui lui occulte l'usage de son bras, Jaekwang essaya d'analyser la situation malgré sa colère envahissante. Mais c'était trop dur. Il soupira fortement, alors que Daehyun se contentait d'une démonstration de force en faisant exploser les fioles de la pièce. Un avertissement que Jaekwang prit à la lettre, car il sait qu'en terme de pouvoir, le sien était clairement inferieur à celui de son adversaire. D'ailleurs, pourquoi n'avait-il pas tout simplement tranché sa gorge lorsqu'il en avait l'occasion ? Mais soit, c'était une opportunité de plus pour Jae de le massacrer.

Daehyun referma la porte derrière lui, laissant Jaekwang dans un moment de liberté. Il scruta la pièce où il a été maintes fois torturé d'un oeil rapide. Ces aiguilles, ces fioles brisés, ce calmant qui donnait si mal à la tête... Un cauchemar, oui, il était retourné dans le cauchemar Katharsis. Son esprit était brouillé, il n'arrivait plus à suivre; colère, vengeance, souvenirs atroces, douleur, enfer. Sa conscience était tiraillée et ne tenait plus, son esprit était flou, ses pensées étaient plus dérangées les unes que les autres. Son corps commença à lacher aussi, car ses deux précédentes attaques lui avaient couté beaucoup de matrice. Mais encore une fois, la colère était maitre de son corps.

Le regard vide sur le sol. Daehyun qui s'installa sur une chaise. Ce sentiment d'être trop faible et que cet ennemi puissant lui fasse un cadeau de pitié. Ces atrocités, cette sous estime. La vengence. Des questions hautaines. Et il ne se rappellait même pas de son prénom. Son esprit bouillonait, sa hargne décuplait, sa patience a été complètement dévastée. Sa bonne conscience anéantie. C'était trop.

Du sang coula de son oreille. Sa blessure laissa tomber sur le sol sale du laboratoire du sang coagulé. Et Jaekwang se tenait là, devant lui, ce meurtrier sans coeur. Jaekwang ? Etait-ce là Jaekwang ? La matrice verte se teintait de doré. Les pixels qui se créaient autour de Jaekwang en spirale étaient devenu tourbillon doré. Ses yeux normalement d'une lueur emeraude brillèrent d'un jaune doré éclatant. Ce n'était plus le même homme. C'était comme si le doux Jaekwang avait été mangé par la Haine elle même.

Des lianes en matrice dorée s'étaient formées sur les chevilles et poignets de Daehyun, le plaquant contre la chaise. Des lianes de haute voltige, l'on pouvait même voir émaner quelques étincelles. Un mur d'un jaune opaque sépara les deux ennemis dans la pièce, toujours electrifié. Le regard doré se Jaekwang se posa sur le Daehyun enchainé. Qu'elle grossière erreur de débutant tu fais là. Baisser sa garde pour snobber son opponent. Jaekwang était passé en transe, il ne semblait plus du tout être l'âme de la bonne humeur. Ici se trouvait qu'un robot à l'air aussi meurtrier que sa victime.

De loin derrière son mur de protection, il attrapa par main de pixel une seringue, qu'il planta dans le bras de Daehyun. Et une autre main avait apparu, lui plantant une autre dans le cou. Ce petit jeu sadique commença, allant jusqu'à la création de dix mains superficielles qui drainaient le sang du connard, comme il le pensait. De temps en temps, une main se plaquait sur le visage de Daehyun en lui assénant une décharge électrique. D'ailleurs, il se rappela qu'un muselière trainait... Et il s'empressa de la lui mettre sur le visage. Jaekwang était devenu un monstre incontrôlable. Actuellement, pouvait-il vous entendre, vous voir ? Non, la seule chose qu'il ne visait n'était que la mort de Daehyun.

Pour mes pères... Pour ma vie... Pour ce sang... Tu vas crever comme eux. Je veux t'entendre crier de douleur, me supplier de te laisser la vie sauve et t'enlever ce qui te reste d'humanité... Pour les crimes que tu as fait... Pourquoi tu les a tués alors qu'il ne t'avaient rien fait ? Je m'en fiche maintenant. Tout ce que je veux, c'est que tu les rejoigne en enfer. Daehyun... Tu vas crever, dans cette pièce.

La matrice jaune était dangereuse, aussi bien que pour la victime que pour l'utilisateur. Le bras gauche de Jaekwang saignait et il ne pouvait plus l'utiliser. Le sifflement sourd qui faisait vacarme dans ses oreilles lui faisait saigner de la paroi interieure. L'électricité si puissance de ces éclairs pixelisés jaune dorés se retournaient contre lui, lui assénant quelques décharges électriques à lui aussi. Qu'importe, il voulait voir ce mec crever, même s'il devait s'autodétruire.

Sa jambe droite se mit à fléchir, le forçant à la poser au sol. Une ou deux mains avaient disparu. Mais la lueur dorée de vengeance dans ses yeux restait la même. Même si elle commençait à reprendre sa teinte émeraude, peu à peu. Une faiblesse se laissa rapidement voir. Comme si deux Jaekwang étaient présents, le plus clément essayant de se manifester. Mais l'aveuglé reprit le dessus. Bien que le mur de protection s'était brisé.
Revenir en haut Aller en bas
Im DaeHyun
KATHARSIS ▲ OMEGA
avatar
Age : 22 ans
Pouvoir : Synthèse de produits chimiques ( Explosifs, gaz non-mortels et gaz mortels )
Pseudo : Zillah
Messages : 466
Date d'inscription : 05/04/2012
Double Compte : Park Aiji.

MessageSujet: Re: Sad Memories • Jaekwang & Daehyun. Sam 28 Avr - 2:19

Qu'importe cette lumière jaune plus forte, plus éblouissante ou cette aura de haine, qu'importe son regard hargneux. Il n'importait pas de l'état de l'aegis, ni physique, ni psychologique, même s'il semblait avoir perdu la tête, toute notion de logique et de raison.
Non, ce qui importait à ce moment même, ce fut ces filaments douloureux qui s'enroulaient autour de ma chaire, crépitant sans vergogne et m'attachant au bois dur de la chaise. Ces liens qui me retenaient. Comme à l'époque. Douloureux, et me mettant dans une rage folle. Alors qu'il se déchaînait contre mon corps, mon esprit était déjà loin, remontant les méandres d'une mémoire mise de côté, une mémoire rejetée. Je me revis attaché à ce mur par ces monstres du clan, ensanglanté, affamé et mort de froid, hurlant de douleur sous les produits que l'on m'avait injecté. Des seringues, encore et toujours.

Des seringues que l'aegis planta dans ma main, mon cou, mon bras, dans mes chaires déjà meurtries. Des aiguilles au métal froid et effrayant. Je sentis les restes de produits au bouts de celles-ci se mouvoir sans pitié dans mes tissus. Mais la douleur n'était rien à ce moment, comme de simples piqûres de moustiques, aucunement handicapante. Mes muscles crispés sous l'effet de la rage étaient les plus douloureux, ma mâchoire ne voulant se desserrer alors que je tentais en vain de calmer les sursauts de mon corps qui se débattait sans moi contre la douleur.

C'était comme une danse, en cadence. Un premier bond, et les nerfs qui se fragilisent. Un deuxième, plus appuyé, et un arrêt violent du corps pour retomber sur son soutien de bois. Un troisième, et la rage qui repousse l'esprit dans ses tréfonds les plus sombres. Un dernier, pour la laisser s'emparer de la totalité de l'être. Quatre temps, quatre passages à vide dans la situation, quatre secondes d'hésitation de l'être. Quatre secondes pour s'abandonner, et alors que le plus jeune tombait à terre, laisser la haine exploser.

Je ne perdis pas mon temps en parole. Ses mots m'avaient échappé pour la plupart, et je n'avais pas d'intérêt à lui répondre. Il avait voulu combattre : les mots n'ont plus de sens dans le sang, et le mien avait bien trop coulé. Je relevai violemment mon visage vers lui et laissai apparaître un rictus malsain sur mon visage. Oh, non, la partie n'était pas finie. J'étais habitué à ces traitements. Durant ses deux années d'absence, il avait du perdre ses réflexes, déconditionné. Moi, je n'avais fais que combattre un peu plus ces sensations de douleur, de mal-être. Les cartes reposaient au creux de mes propres mains enchaînées. Je respirai un grand coup, et, dans un grognement de rage, laissai exploser le sol sous son corps, l'envoyant s'écraser contre l'une des armoires en verre. Qu'allait-il faire, avec ses attaques devenues bien trop fébriles, quand dans chaque cellule de son corps évoluait un gaz que je pourrai manipuler avec joie ? N'y réfléchissant pas bien longtemps, je me concentrai et sentis chaque muscle, chaque parcelle de mon corps s'activer pour les synthétiser, ces substances, dans l'air autour de lui, à partir de toutes ces immondices chimiques qui inondaient le sol, empestaient l'air.

Il me fallut plusieurs secondes de concentration, et je toussai violemment, crachant du sang de mes poumons, quand enfin je le sentis se développer, s'étendre autour de lui. Il prenait de plus en plus d'ampleur, et je ricanai faiblement, imaginant déjà les effets prochains sur son corps. Le gaz avait déjà du pénétrer dans son organisme, rapide et fatale. Et il me pressait de voir le moment où son état se dégraderait : le gaz que j'avais créé n'était pas inoffensif et les dégâts sur le corps seraient lourds.

« Ce que tu viens de respirer a pour formule C4H8Cl2S. J'imagine que cela ne te parle pas. Le reste ne te parlera surement pas plus. Il y a plus de cent ans, il était appelé gaz moutarde, et on l'utilisait comme arme chimique durant la guerre. »

Je pris un temps de pause et plissai les yeux. La peau de son bras déjà blessé se fendit violemment, laissant échapper un nouveau flot de sang, provoqué par la minuscule implosion que j'avais activé dans ses veines. Cette vue me fit sourire un peu plus. La bonne humeur me revenait : il souffrait. Sans doute atrocement.

«  Des phlyctènes vont apparaître sur ton corps. Des ampoules, en quelque sorte. Très douloureuses. Comme si l'on t'avait brûlé directement. Tes pupilles vont te brûler atrocement, ta bouche, ta langue, tout ce qui est fragile chez toi va devenir douloureux. J'aurai pu y aller plus fort. Mais l'idée même de te voir te tordre un peu plus de douleur me réjouis atrocement. Ironique n'est-ce pas ? Toi et moi, deux mutants. Mais tu as été bien trop imprudent. Et je meurs d'envie de t'achever. Plonger mes mains dans tes chaires et en retirer toute vie. Tu vas bientôt devoir me relâcher, tu seras trop faible. Et là … Je ne donne plus cher de ta peau. »

J'avais retrouvé un certain calme. Un calme froid et implacable, un froid vicieux et malsain, qui allait nous consumer l'un comme l'autre. Toussant à nouveau, m'étouffant à moitié, je sentis soudain la douleur fourbe des aiguilles toujours fichées dans ma peau et en retirai le plus possible avec les dents, tentant de garder mes membres le plus éloigner possible des filaments jaunâtres de l'aegis toujours au sol.

« Dépêche-toi de crever, j'ai autre chose à faire que de supporter ta vue, l'asticot. »




❝ .
Revenir en haut Aller en bas
Captain
AEGIS ▼ NIVEAU I
avatar
Pouvoir : Being awkward
Pseudo : :)
Messages : 523
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: Sad Memories • Jaekwang & Daehyun. Sam 28 Avr - 16:50


Sad memories
Jaekwang & Daehyun


Un bras inutilisable, une jambe à terre, l'ouie qui défaillait. Il faut dire que le coupable de toutes ces blessures infligées à l'Aegis n'était autre que lui même, en personne. La matrice jaune était bien trop dangereuse pour son corps qui n'était même pas encore adapté à la matrice verte. Matrice qui se faisait bien moins puissante car elle consommait bien plus que la basique, baissant les recharges en électricité de Jaekwang dans ses réserves. Bilan des faits, il semblait bien qu'il venait presque de se suicider, sans le vouloir. Un moment de faiblesse dont le Katharsis a su tirer l'avantage, envoyant valser Jaekwang qui était très mal en point. S'écrasant contre l'armoire en verre dans un cri de douleur, Jaekwang en écopa des coupures plus ou moins profondes dans le dos. Son bras lui faisait atrocement mal et sa lueur jaune le quittait. Le doré se tournait au vert et les mains pixelisées disparurent une à unes. Affalé sur le sol à côté des débris de verres, Jaekwang essaya de se relever, dans la douleur et l'acharnement. Bien plus facile qu'à faire, son problème auditif commençant à lui donner une migraine qu'il n'arrivait plus à supporter. Etait-ce là la fin du combat, aussi court qu'il soit ?

Il essaya de voir où en était les souffrances de son ennemi. Le visage au sol, il le remonta, ne voyant que les jambes de Daehyun. Il sentit alors une odeur étrange, qui n'était pas du tout plaisante. C'est alors que Daehyun, comme tous les vilains de film, se mit à se lancer dans un discours expliquant sa propre arme. "L'asticot" n'y comprit absolument rien, mais soit, il avait compris qu'en respirant ce gaz, il mourrait à petit feu dans une douleur insoutenable. Sa blessure sur son bras gauche baignant dans une mare de sang s'aggrava rapidement, le forçant à crier sa douleur. Il s'était attaqué à plus fort que lui. Enfin. Il faut croire qu'il avait quand même réussit à blesser son adversaire avec grand succès. Qui aurait cru que le peureux Jaekwang fasse autant couler le sang du grand Daehyun ? Personne, absolument personne. Peut-être que sans cette transe de folie, Jaekwang aurait été massacré en moins d'une minute. Mais là, sa haine l'a poussé à dépasser ses propres limites, son propre corps, ses propres douleurs. L'on pouvait voir les seringues emplies de sang que Daehyun essayait de retirer avec les dents, c'était une preuve de victoire pour Jaekwang. L'aegis était toujours au sol, avec d'atroces souffrances. Il le regarda, avec ses yeux verts, ce salaud, se débattre. Aimait-il ce qu'il voyait ? Allait-il le tuer ? Ou allait-il se faire tuer en premier ?

Voir son ennemi souffrir sur cette chaise en face de lui réveilla son envie de vengeance, encore. Puisant dans ses réserves d'énergies, la matrice jaune commença à se recréer. Jaekwang lui jeta un regard perçant de doré. Avec ce regard, un Pikachu de pixel s'était formé, se jetant directement sur le visage de Daehyun. Le point fort du Pikachu de Jaekwang, c'est qu'il est crée à base d'onde EMP, qui brouille les fonctionnalités du cerveau, entre autres. Normalement un coup meurtrier, ici, Jaekwang était bien trop faible pour porter un coup fatal à son ennemi. Il se contenta de brouiller les nerfs du cerveau de Daehyun raccrochés à sa colonne vertébrale, l'immobilisant. Cependant, Jaekwang se savait trop faible et cette immobilisation ne va durer que cinq petites minutes. Il synthétisa des gants de marionnettiste qui l'aidèrent à se remettre sur pied. Les fils de pixel accrochées à ses jambes le firent marcher vers le connard ligoté en envoyant de douces charges d'énergies qui suffisaient à faire des pas assez lents.

Ainsi, Jaekwang tituba avec difficulté vers Daehyun, toujours avec ce regard plein de haine. Une fois arrivé devant lui, son poing de son bras encore fonctionnel se laissa la liberté de frapper Daehyun en plein visage, gueulant toute sa haine. Un coup, deux coups, trois coups et son bras se laissa tomber sur l'épaule de Daehyun. Jaekwang baissa sa tête. Il repensa à ce traumatisme où ses pères se firent massacrer. Non, non, non ! Il n'allait pas être comme lui. Jamais ! Le tuer, est-ce que ça allait le soulager ? Jaekwang n'a jamais tué quelqu'un. Ôter la vie de Daehyun ? Pourquoi ? Son esprit se brouilla. La vengence était-elle la meilleure solution ?

Pourquoi... Pourquoi es-tu aussi cruel... Pourquoi tu les a massacrés, comme ça... Pourquoi tu vis ?! Pour détruire tout ce qui bouge ?! Tuer les gens ?! Il se mit à tousser très fort, avant de reprendre. Je sais pas comment ça se fait qu'il y ait autant d'obscurité dans ton esprit... Dire que je t'ai longtemps admiré, admiré un connard comme toi...

Il avait de plus en plus de mal à respirer, tituba et écrasa une seringue, laissant s'échapper sur le sol le sang drainé de Daehyun.

Ce sang, mon sang, le voir couler, ça te fait rien ? Comment peux-tu être aussi ignoble ?

La couleur de la matrice était passée complètement de son jaune à un vert faible. Le corps de Jaekwang le fit souffrir comme ce n'était pas permis, le faisant tomber sur ses genoux.

Je ne vais pas te tuer. Je vais juste attendre ta réponse. Peut-être que je mourrerai en m'échappant, peut-être que ton gaz de roxxor va m'achever avant que tu me répondes, soit. Mais laisse moi comprendre.

La haine jaune s'était évaporée, l'espoir vert était revenu. Mais la douleur était encore là.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sad Memories • Jaekwang & Daehyun.

Revenir en haut Aller en bas

Sad Memories • Jaekwang & Daehyun.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Pale Memories] Premières Photos de ma nouvelle Miss P2
» ys : memories of celesta,le rpg sur psvita sort du japon
» [Estim] Kingdom hearts : chain of memories GBA
» Touhou Gensou Mangekyou ~The Memories of Phantasm~
» Memories Best of Japan PCE WORKS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• ㄨ KATHARSIS ㄨ • :: KATHARSIS ✗ :: RP finis-